Aller au contenu principal

J'irai voir

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 1 ans
: 9791090743878
11.90
euros

L'avis de Ricochet

Le locuteur-narrateur de J’irai voir passe-t-il le monde en revue avant de s’endormir ? Est-ce un appel aux rêves ou un acte d’auto-persuasion ? Peu importe. On suit juste, du bout des doigts, du bout des yeux, les découpages de l’espace que l'énonciation suscite. En effet, cette affirmation prédictive – « J'irai voir [...] » – se présente comme un acte de foi, en confiance avec ce que réserve l’avenir.

Le texte tient en une phrase avec deux mouvements complémentaires : le premier part du bord de la mer, jusqu’à l’horizon ; le second revient vers la forêt, la grotte pour s’achever dans la maison du repos. Le souffle de cette phrase et son rythme accompagnent la ligne du décor qui découpe concrètement le paysage dans la matière, l’épaisseur de la page. Il y a de la magie dans la création visuelle du paysage qui naît du découpage et de la couleur de l’élément évoqué : le vert (= le bord de la mer ondulé) devient, au verso, tout gris (= la brume). Un rectangle parfait, bleu sombre, dessine l’océan ; au verso le jaune pâle est utilisé pour l’horizon… Le minimalisme et la force évocatrice de l’illustration d’Emmanuelle Bastien sont propices à la rêverie et la minuscule grotte, puis la  maison découpée dans la nuit de la forêt suffisent à rendre compte de notre petitesse au sein de l’espace. Un album fort et séduisant, comme un haïku visuel.

Présentation par l'éditeur

« J’irai voir… le bord de mer, la brume, le grand océan, les neiges éternelles, le désert, une île inconnue, une grotte secrète, la forêt, l’espace… puis j’irai me reposer, jusqu’à demain… »

En jouant sur des aplats de couleurs et des découpes dans les pages, ce beau livre-objet devient un véritable voyage qui entraîne les petits dans une succession de paysages. D’une page à l’autre, les formes