Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Evil (T. 1). Vicious

Sélection des rédacteurs
Sarah Dali
Roman
à partir de 16 ans
532 pages
: 9782371022034
16.00
euros

L'avis de Ricochet

Eli et Victor sont étudiants en médecine. Lorsque le premier décide de faire son travail de mémoire sur les êtres ExtraOrdinaires, les EO, le deuxième le pousse à aller plus loin : pourquoi ne pas tenter de créer des EO, en se prenant eux-mêmes comme cobayes ? En effet, Eli a découvert que ces êtres surhumains ont tous un point commun, qui semble être la source de leurs pouvoirs : ils ont survécu à une expérience de mort imminente. Les deux jeunes hommes vont alors mettre fin à leurs jours pour ensuite se réanimer, l’un après l’autre. Si l’expérience est un succès, les choses ne vont pas tarder à mal tourner et Eli envoie Victor en prison. Dix ans plus tard, ce dernier est bien décidé à se venger…

À mi-chemin entre L’Expérience interdite (Joel Schumacher, 1990) et la saga X-Men, avec une touche de Simetierre de Stephen King, ce roman est un véritable page turner, qui se dévore rapidement malgré son caractère volumineux. L’intrigue nous plonge directement dans l’action, et sa structure proposant des allers-retours temporels entre le duel présent opposant Eli à Victor, accompagnés de leurs acolytes respectifs, et leur relation passée permet de garder le suspense, éveille l’intérêt des lecteurs. Le choix de proposer ces deux individus comme personnages principaux est d’ailleurs intéressant et plutôt inhabituel, car tous deux peuvent être considérés comme des « méchants », même si Eli est présenté comme un peu plus maléfique de par ses motivations. Par le biais de celles-ci, le roman explore le thème du fanatisme religieux, du fait de se sentir investi d’une mission divine qui nous place au-dessus de tout le monde. Mégalomane, guidé par une foi déformée, Eli pourrait faire penser à certains hommes de pouvoir actuels. Victor, de son côté, est un individu torturé qui n’hésite pas à infliger le même traitement aux autres, ou à manipuler leur douleur pour en tirer ce qu’il veut. Malgré ce caractère pas des plus sympathiques, on se surprend à s’attacher à cet être sombre, ce qui en dit long sur le talent de l’auteure et le soin qu’elle prête à la construction de ses personnages.

Présentation par l'éditeur

Le combat du mal contre le mal absolu.

Autrefois, Eli et Victor étaient les meilleurs amis du monde. Mais cette époque est bien finie. Elle est même... morte et enterrée. 

À la fac, Eli le brun et Victor le blond partagent la même chambre. Ils sont inséparables et pourtant absolument aux antipodes l'un de l'autre. Victor, c'est l'ombre : complexe et torturé, il passe ses journées à noircir les