Aller au contenu principal

Bonjour / Bonsoir

Bande dessinée
à partir de 7 ans
: 978 28890894517
10.90
euros

L'avis de Ricochet

De quoi est faite la vie quotidienne d’un citadin solitaire ? Un café, un journal, un travail, des pas, beaucoup, beaucoup de pas, quelques mots échangés avec quelques passants rencontrés. On peut ainsi résumer le propos de cet album Bonjour / Bonsoir qui se compose de deux histoires tête-bêche, juxtaposées. Deux histoires, deux héros ? Pas vraiment, ils ressemblent à tout le monde ces messieurs. On suit le personnage de Bonjour de son lever à son trajet en ville. Il aime les gâteaux, les fruits et le cinéma. Au jardin botanique, assis près d’une dame, il échange sans doute quelques mots mais on les ignorera. Un instant, on pense (on espère ?) qu’il adressera la parole à la jeune femme qui regarde la circulation mais non, il s’éloigne et lorsqu’il s’installe au cinéma bien loin d’un autre spectateur, on comprend qu’il est seul, jusqu’à demain pour une journée identique, seule variation permise en croisant une voisine qui sort son chien.

Dans Bonsoir, nous accompagnons le personnage de son bureau à son domicile. A cette heure tardive, dans la ville désertée, il s’installe dans un restaurant où même les autres clients ne le sortent pas de son mutisme. « Bonjour », disait le premier, « Bonsoir », dit le second. Abrité sous un auvent pendant l’averse, la présence d’une jeune femme ne le rend pas plus loquace ; ni cette seconde, assise dans l’escalier et dont on se demande ce qu’elle attend…

Le point commun entre ces deux personnages énigmatiques ? La page centrale : leurs cheminements s’impriment sur le plan de la ville qu’on découvrait par fragments au fil des pages. Qui les a ainsi suivis ? En rouge, point de départ et point d’arrivée, la maison de M. Bonjour et son itinéraire, le jardin, la boulangerie, le cinéma. En bleu celui de M. Bonsoir, de son lieu de travail à la maison. On remarque qu’ils auraient pu se croiser autour de la boulangerie mais leurs horaires ne coïncident pas !

Le fin trait gris des personnages et le paysage architectural austère expriment un sentiment d’étrangeté que ne démentent pas les lieux familiers et sympathiques, boulangerie, restaurant, cinéma, contrebalancés par le cimetière que traverse M. Bonsoir. L’économie des moyens, la simplicité extrême impressionnent et sans aller jusqu’au malaise kafkaïen, la solitude pèse en dépit (ou à cause) des salutations échangées. Un album rigoureux et stimulant pour les lecteurs intéressés par les écritures graphiques.

Présentation par l'éditeur

Toutes deux racontent la traversée d’une journée puis celle d’une nuit d’un homme dans sa ville. « Bonjour » et « Bonsoir » sont pratiquement les seuls mots que prononcent ces deux personnages. Si le gris domine, la couleur fait irruption parfois selon où et avec qui se trouve le personnage central. La couleur évoquant le bonheur, la joie, un changement dans la routine.

Par cet album, l’auteure