Aller au contenu principal

Loukoum mayonnaise

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 13 ans
147 pages
: 9782812616525
12.00
euros

L'avis de Ricochet

Victor est le fils d’une mère belge qui ne fait plus partie de son quotidien, et d’un père égyptien qui tente de construire une nouvelle vie à Alexandrie. En attendant de pouvoir emmener Victor, son père l’a confié à ses grands-parents maternels. Plutôt conservateurs, ces derniers mènent une petite vie tranquille avec leur chien Monsieur. Lorsque les exubérants grands-parents égyptiens viennent régulièrement rendre visite à leur petit-fils, l’atmosphère est vite tendue entre les deux mamies… Les rencontres deviennent bientôt impossibles, mais les grands-parents paternels déménagent dans la même rue. La guerre est déclarée.

Olivier Ka s’est inspiré de sa propre histoire pour livrer ce roman extrêmement vivant, raconté à la première personne par un Victor spectateur, manipulé, pas malheureux mais franchement perturbé ! Le jeune héros et narrateur finira par fuir ces disputes d’adultes qu’il peine à comprendre, avant que son père, au courant de rien, ne le récupère ébahi. Entre les deux bouts du livre, nous sont racontées des petites tranches de vie à hauteur d’enfant, plaisantes voire très amusantes. Les questionnements sur les origines apparaissent en filigrane, pas pensées de façon théorique mais incarnées à travers la nourriture, des suggestions lourdes des grands-mères à propos du climat ou des futures petites amoureuses… Si le racisme affleure avec les différences culturelles, il est surtout question de possession affective autour d'un enfant. Une lecture coup de cœur et une réflexion moderne qui parlera à nombre de jeunes lecteurs, adolescents ayant un peu de recul sur leur filiation.

Présentation par l'éditeur

Est-il belge ou arabe ? Victor ne s’est jamais posé la question, jusqu’à ce qu’il soit placé dans la campagne belge, chez ses grands-parents maternels, en l’absence de son père parti travailler en Egypte. Jaloux, ses grands-parents paternels, immigrés égyptiens, finissent par s’installer dans la maison d’en face. Le conflit va être frontal entre les grands-mères. S’inspirant de sa propre histoire,