Aller au contenu principal

La minuscule maman

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 7 ans
: 9791092058406
20.00
euros

L'avis de Ricochet

Sur le point d’être écrasée en poussant un sac à main trop grand pour elle, dans la forêt des jambes assurées qui marchent, marchent, une petite silhouette tente d’avancer. C’est la « Minuscule Maman ». Bénédicte Muller traite le thème du renversement adulte/enfant et celui rare de la faiblesse maternelle soutenue, sauvée par l’enfant.

Un matin gris, Maman est hors cadre. Lorsqu'Elvire pousse la porte, elle est face à une montagne noire. Bloc minéral ou flux de larmes, l’illustration cumule les représentations de la nature dans lesquelles les personnages semblent hors-sol, perdus. Le lit est une île où est exilée la minuscule maman qu’Elvire peine à atteindre. Le renversement des situations s’entend dans les paroles qu’elle adresse à sa mère : « Arrête maintenant et souffle ! »

Ce jeu à rôle inversé oscille entre drame et jeu : si maman est minuscule alors, il lui faut d’autres vêtements, ceux de la poupée ! Avec une minuscule maman, le chat est énorme, un peu étrange, voire inquiétant. Et, au moment de quitter la maison, Elvire tremble de laisser sa maman seule…

La construction narrative et l’illustration suivent les méandres des relations mère/fille et les efforts réciproques d’ajustements émotionnels. Tantôt Elvire domine sa mère, tantôt maman réussit à dominer sa faiblesse et le retour de l’image initiale alors que maman retourne au travail signale ses efforts. Alors, elle surréagit selon les normes attendues, par exemple, elle refuse de prêter son rouge à lèvres à Elvire !

La dynamique de l’écriture part d’une crise et raconte l’épreuve surmontée grâce à la fillette. Ce thème rare de la faiblesse de l'adulte est décrit de l’extérieur sans qu’on sache les raisons de cet épisode et l’issue heureuse offre une perspective optimiste, rassurante pour des enfants qui peuvent connaître de telles difficultés.

Présentation par l'éditeur

Un beau matin, une fille retrouve sa maman toute minuscule au milieu des draps et des mouchoirs, prostrée et en larmes dans son lit. Suite à un chagrin insurmontable, maman ne peut plus vraiment être la maman et se retrouve plus petite et fragile que son propre enfant. Sa fille va devoir alors – se retrouvant de fait la géante, la plus forte – se mettre à prendre soin de sa maman, à être maman de