Aller au contenu principal

Un bruit sec et sonore

Roman
à partir de 15 ans
206 pages
: 9782278091850
15.00
euros

L'avis de Ricochet

Jérôme se réveille du coma, miraculeusement survivant d’un accident de voiture. Mais ses deux parents sont décédés sous le choc, alors même qu’ils amenaient à toute allure leur fils blessé par balle à l’hôpital. Que s’est-il passé ? Le lecteur suit le récit de Jérôme, adolescent en deuil et en déni. Ce dernier oscille entre élans de tristesse, égoïsme de survie et souvenirs douloureux du passé qu’il nous livre bribe à bribe.

Soutenu par un psychologue patient et attentif, récupéré par une famille d’accueil chaleureuse, Jérôme n’arrive cependant pas à dépasser le stade de mystérieux « hommes en noir » qui ont tué son ami Sébastien et lui veulent du mal. La vérité – Jérôme a été victime d’homophobie – sortira de la bouche du psychologue, dans un coup de théâtre fort voire extrême (vraisemblable ?).

Mais qu’on adhère ou pas aux faits eux-mêmes, reste le problème de l’introduction de cette thématique : justement, elle ne l’est pas, jamais. On peut lire tout le roman sans se rendre compte des enjeux sous-jacents. Et c’est dommage, car l’ouvrage aurait encore gagné en subtilité si des indices avaient été laissés peu à peu.

Ainsi, le roman est plutôt celui des mécanismes psychiques d’un deuil très difficile que celui d’une mise en garde contre l’homophobie. Servi par une écriture sèche et nerveuse, oralisante car nous suivons les pensées du héros, il déconcerte tout en marquant le lecteur.

Présentation par l'éditeur

Quelques coups de feu, et la vie de Jérôme,14 ans, bascule. Une balle lui perfore l’abdomen, et la voiture de ses parents s’écrase sur l’autoroute. L’adolescent déclare ignorer l’identité de ses agresseurs. Pourtant, il s'estime responsable du drame. Confié à une famille d’accueil, il se lie d’amitié avec leur fille Zoé. Seul témoin survivant, il craint pour sa vie. Les gendarmes piétinent, mais