Aller au contenu principal

Traqués sur la lande

Roman
à partir de 13 ans
: 9782700250961
12.50
euros

L'avis de Ricochet

En 1934, la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer avilit mais n’éduque pas les mineurs qu’elle reçoit. Cette vérité est bien cachée jusqu’à une révolte et une évasion inattendues des enfants, après une brimade de trop. Mais les habitants de l’île ne pensent d’abord qu’à la prime accordée à celui qui retrouvera un ou des colons ; le temps de la compréhension viendra plus tard.

Abandonné peu après sa naissance, Gabriel est un de ces enfants « mal-aimés » qui réussissent à s’échapper. Se cacher dans le froid et la nuit devient vite très compliqué : il faut se nourrir, trouver des habits discrets, se réchauffer, etc. Avec la complicité d’Aël, la fille d’un pêcheur qui rêve elle aussi d’autres horizons, Gabriel et ses amis parviennent à échafauder un plan de fuite en barque. Mais tout ne se passera pas comme prévu…

Jean-Christophe Tixier situe de façon simple son sujet, préférant un ancrage direct à des personnages plutôt qu’une mise en contexte sur un plan national (la révolte de Belle-Île en 1934 a soulevé l’opinion publique, toutefois sans grands effets immédiats). C’est pourquoi son narrateur externe se centre alternativement sur les pensées de Gabriel, garçon sage malgré les épreuves, et d’Aël, jeune fille volontaire décidée à contrarier son destin - son père veut qu’elle épouse un homme riche du continent.

Ces deux héros sont évidemment très émouvants, de même que nombre de figures secondaires : les petits qui accompagnent Gabriel dans sa fuite, le grand-père et la mère d’Aël… Ils offrent un contraste fort avec les hommes adultes : les surveillants et pêcheurs avinés, avides de la récompense, le directeur de la colonie et les autres notables pétris de mauvaise foi.

Sur à peine un jour, le rythme des événements est dense, et l’aventure serait presque captivante, distrayante si des jeunes vies n’étaient pas en jeu, sur un fond de drame honteux. L’histoire dont il est question n’a pas cent ans, et les lecteurs (à partir de 13 ans) auront tout loisir de mesurer les progrès sociaux effectués, que ce soit au travers de la colonie ou de la vie d’Aël. Très bien.

A lire aussi : Le silence des oiseaux de Dorothée Piatek (Seuil, 2014), et toujours le beau poème de Prévert, La chasse à l’enfant

Présentation par l'éditeur


Août 1934, Belle-Île-en-Mer. Au bagne d’adolescents, un surveillant frappe trop fort… L’émeute éclate. Une centaine de garçons réussissent à fuir et gagnent la lande. Gab les yeux gris, le Râleur et quelques autres tentent de trouver des vêtements et un abri sûr pour échapper à la traque. Mais où chercher de l’aide ? Bientôt Gab croise la route d’Aël, qui connaît le coin comme sa poche et tente