Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Longtemps, j'ai rêvé de mon île

Marie-Anne de Béru
Roman
à partir de 13 ans
337 pages
: 9782211234481
16.50
euros

L'avis de Ricochet

Jeune fille dynamique, Corneille fut d’abord un bébé miraculeux, arrivé sur une petite île dans une coque de noix. Elle a été élevée par Osh, artiste lui-même exilé volontaire après la Première Guerre mondiale, et par une vieille dame aimante, Miss Maggie. Parce qu’on pense qu’elle vient d’une île autrefois refuge de lépreux, les autres habitants évitent Corneille. Celle-ci a récemment décidé de découvrir ses origines et commence à remonter un fil qui l’amène bien jusqu’à l’île des lépreux. Elle ne se doute pas qu’un trésor sonnant et trébuchant est à la clé, et qu’il attirera de dangereuses convoitises. Mais la vraie richesse n’est-elle pas ailleurs ?

La narratrice Corneille se permet une franchise et un naturel sur des sujets délicats, sans que cela ne paraisse invraisemblable puisqu’il s’agit d’une héroïne grandie avec amour mais aussi sauvagerie. Elle veut, elle tente, elle ose et ne se rend même pas compte qu’elle risque de choquer les consciences. Ce volontarisme n’ôte toutefois pas une hyper-sensibilité : elle réagit tristement à l’ostracisme qu’elle subit, et elle se languit d’une famille biologique. De fait, une puissance lyrique parcourt aussi paradoxalement ce livre, à l’écriture directe et presque froide par moments. C’est tout le talent de Lauren Wolk... Des sujets restent dans l’ombre, notamment l’identité d'Osh et sa fuite d’un monde en guerre. J’ai trouvé l’histoire du trésor un tantinet tirée par les cheveux, mais c’est pourtant elle qui permet d’opposer la société prédatrice aux quelques personnages purs. Au final, Longtemps, j’ai rêvé de mon île étonne, interroge, dérange presque car il ne se laisse pas enfermer dans des attendus littéraires.

Présentation par l'éditeur

Je m’appelle Corneille. Quand je n’étais qu’un bébé, quelqu’un m’a déposée dans un vieux rafiot et m’a poussée en haute mer. Je me suis échouée sur une toute petite île. C’est Osh qui m’a trouvée et qui m’a recueillie. Pendant longtemps, j’ai été heureuse de vivre avec lui, d’apprendre à pêcher et à lire avec Miss Maggie, notre voisine. Et puis, une nuit, j’ai vu brûler un feu sur l’île de