Aller au contenu principal

Le Petit Chaperon rouge

Conte
à partir de 7 ans
: 9782809652482
11.90
euros

L'avis de Ricochet

Détourner un conte suppose de connaître le texte de base et de jouer sur les nœuds de l’histoire. Cet album, conte de fées / conte défaits Le Petit Chaperon rouge présente donc pour les petits ignorants d’aujourd’hui, côte à côte le texte original de Charles Perrault et sa réécriture graphique par Fabrice Colin et Zelda Zonk.

A gauche, dans une graphie élégante se déploie pleine page un pur style classique. A droite, couettes rousses et nez retroussé comme une proche cousine de Fifi Brindacier, le Petit Chaperon rouge s’exprime avec une liberté de parole toute contemporaine. Les auteur/illustratrice prennent au pied de la lettre le texte et cumulent les anachronismes, les impertinences à l’égard de la grand-mère poilue, les commentaires du loup sur l’action tout en recollant au texte dans la morale. Ici nulle édulcoration, le Petit Chaperon rouge est mangé après la grand-mère parce qu’elle a écouté les « loups doucereux ». L’illustration est sur le mode caricatural, un peu leste, un peu coquin. Les pieds en l’air, le chaperon n’hésite pas à montrer sa petite culotte rose framboise. Quelques traits vifs et la voiture jaune de la poste suggère que peut-être si au lieu d’aller porter, elle-même, la galette et le pot de beurre, les parents avaient fait appel à des professionnels tout cela ne serait pas arrivé ! Les auteurs développent ainsi des effets de contraste et de rupture. Ils surjouent certains points, en atténuent d’autres. Ainsi la fillette est amoureuse de Kevin et lui envoie un SMS sur son smartphone mais la grand-mère habite une maisonnette au toit de chaume.

L’objectif revendiqué de mettre à disposition des enfants (ou des adultes) des classiques de la littérature est tout à fait réussi. C’est drôle, moderne, à la fois iconoclaste et respectueux du conte d’origine, un vrai plaisir de lecture.

Présentation par l'éditeur


Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir.


Pour le bonheur des petits et - aussi - pour le plaisir des grands, le texte original de Charles Perrault se double d'une version moderne et complètement délirante.