Aller au contenu principal

Le livre où la poule meurt à la fin

Grimace
Album
à partir de 7 ans
: 9782895406976
13.50
euros

L'avis de Ricochet

Catherine est une poule lucide et heureuse. Lucide, parce qu’elle est consciente de sa fin prochaine et de la façon dont elle se produira dans un abattoir peu attirant. Heureuse, parce que, seule de son espèce, elle a choisi de s’appeler Catherine ; heureuse également parce qu’elle est « dépensière ». Elle porte à très haut niveau ce défaut rare chez une poule. Tout l’intéresse et tout lui est nécessaire : une horloge, des pneus (elle n’a pas de voiture), des paires de gants (elle n’a pas de mains). Elle est définie par Jean-Claude, responsable du poulailler, coq plutôt antipathique, comme « une acheteuse compulsive ». À cette accusation, elle répond crânement « Je sais. Et alors ? ». Elle est ainsi Catherine, désarmante de franchise.

Décrire des animaux pour éclairer les hommes a guidé l’écriture morale des fables depuis l’Antiquité, mais ici Catherine est « immorale ». Non seulement elle reconnaît ses défauts, mais elle les revendique. Cigale qui prend sa revanche sur la triste fourmi, elle affronte le regard de Jean-Claude, pétri de conformisme, et celui du curé de la paroisse parce qu’avec cynisme, la mort des volailles est bénie par la religion. Les auteurs François Blais et Valérie Boivin écrivent une fable dérangeante, grinçante avec un net décalage entre des images pleines d’énergie, colorées, vives et des propos cruels dans leur vérité. Le trait final est d’une impertinence réjouissante et la chute du récit confirme le personnage d’exception qu’est Catherine.

Drôle et cruelle, la réflexion aborde des thèmes rares dans la littérature jeunesse : la surconsommation et ses enjeux de dépendance financière, le carcan moral qui enserre l’individu, poussé d’un côté à la consommation et contraint de l’autre au remboursement. Le thème de la liberté de l’individu, animal de basse-cour, voué à la mort, est l’autre thème vertigineux de cet album joyeux et métaphysique, sans rédemption. Un personnage attachant, un récit rondement mené, allègrement illustré, composent un album hors norme, « poil à gratter » plein de saveur.

Présentation par l'éditeur

Catherine la poule est dépensière à l’excès. Elle achète tout et n’importe quoi : vêtements, meubles et gadgets en tous genres, quitte à finir criblée de dettes. Elle est la reine du « magasinage » et des cartes de crédit.

À quoi bon économiser quand on sait que son temps est compté ?

Ainsi, quand son heure est venue et qu’on lui demande de se confesser, Catherine n’a pas de regret, ou peut-être