Aller au contenu principal

Caulfield. Sortie Interdite

Jean-Baptiste Coursaud
Grands romans
Roman
à partir de 15 ans
: 9782844207715
17.00
euros

L'avis de Ricochet

Klaus arrive à Oslo avec sa mère qui vient de trouver un poste de CPE dans le lycée où lui même va poursuivre ses études. Alors qu’il visite l’établissement vide avant la rentrée, il entend une conversation entre un garçon et un adulte, où l’on profère des menaces. Il croise ensuite le garçon, Sturla, qui débarque chez lui le lendemain car il veut parler à sa mère. Il le trouve peu loquace, angoissé, fébrile. Sturla part rapidement et on le retrouve mort, écrasé par une rame de métro. Klaus est la dernière personne à avoir vu Sturla et il est en possession d’une clé UBS sur laquelle Sturla a laissé son journal. C’est dans cette ambiance très lourde que Klaus fait son entrée au lycée, assiste à l’enterrement de Sturla et fait la connaissance de son professeur, Lars, du chien de celui-ci, Caufield, de Vilje, la sœur de Sturla qui ne croit pas à un accident, et de ses nouveaux camarades, anciens amis de Sturla : Live, petite amie de Sturla, Abelone, qui donne une étrange fête quelques jours après l’enterrement, Peik, un paumé fumeur de joints, et Stig, beau garçon toujours bien habillé.
D’emblée, Klaus se sent mal à l’aise, épié, attendu au tournant. Il veut savoir ce qui s’est réellement passé autour de Sturla, commence une enquête maladroite, interroge, épie à son tour. Au fil de ses investigations, il lève des secrets, comprend que Sturla était homosexuel et qu’il était amoureux de quelqu’un, pense qu’un certain Caufield (le nom du personnage de L’arrache-cœur, de Salinger) tire les ficelles de quelque chose qui le dépasse, quelque chose de malsain. Il en vient à douter de tous ceux qui l’entourent, y compris de sa mère, de lui-même aussi. Mais il continue, essayant de trouver une sortie. Illusoire ?
Dans son précédent roman traduit en français, Grand frère, publié en 2006 au Panama, Harald Rosenlow Eeg explorait déjà le côté sombre de l’adolescence, avec un personnage devant faire face à son passé très douloureux. Avec Caufield sortie interdite, l’écrivain norvégien va plus loin et creuse un sillon audacieux en livrant un polar très noir, à l’atmosphère lourde et pesante. Ce roman écrit à la première personne met en scène un adolescent qui arrive dans un nouvel environnement, qui est en quête d’identité et qui se retrouve pris au cœur d’un filet vite poisseux. Ce n’est pas un huis clos, mais presque. L’action se situe en Norvège, à Oslo, mais il pourrait se situer n’importe où car la ville a peu d’importance. Elle se focalise sur quelques personnages et l’on a très vite le sentiment que l’univers de Klaus se réduit à son enquête et aux rares personnes qu’il côtoie. Il s’enferme donc et cela devient vite oppressant aussi pour le lecteur. Mais on ne lâche pas le livre, même si l’on pressent une histoire et des révélations bien sombres. H.R. Eeg nous entraîne dans les failles, les fêlures et la fragilité de l’adolescence, où tout peut basculer. On plonge dans le monde de la manipulation, du phénomène de sujétion à la bande, au groupe, qui soude et qui enchaîne, dans l’engagement aveugle, le dérapage.
C’est indubitablement un texte très fort, dérangeant parfois, déroutant aussi. A faire lire à de grands adolescents, de jeunes adultes, mais pas avant.

Voir sur Ricochet la rubrique d’Annie Rolland, Le livre en analyse : Des livres qui nous glacent le coeur, dans laquelle elle parle de ce roman.
www.ricochet-jeunes.org/le-livre-en-analyse/article/83-des-romans-qui-nous-glacent-le-coeur