Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Belle comme le jour

Agnès Desarthe
Roman
à partir de 10 ans
: 221108804X
11.00
euros

L'avis de Ricochet

Aza n’est pas très jolie, mais elle chante divinement. Elle a même découvert l’ « illusage », le fait d’imiter une voix et la faire venir à un autre endroit que sa propre bouche. Belle mais piètre chanteuse dans un royaume où ce don est très important, la reine Ivi, au mariage de laquelle Aza se retrouve par un concours de circonstances, voit vite l’intérêt de garder la jeune femme auprès d’elle. D’abord heureuse d’être choisie et de pouvoir aider financièrement sa famille adoptive, Aza se rend rapidement compte que la reine est un petit tyran, et qu’elle tire une grande partie de son assurance d’un mystérieux miroir. Aza et le prince Ijori (dont elle est amoureuse) vont essayer de sauver le pouvoir du roi, malheureusement dans le coma à la suite d’un accident.
Conte de fées classique, Belle comme le jour atteint pas moins de 400 pages, qui se lisent sans intérêt férir, par on ne sait quel miracle du merveilleux. Les ingrédients sont là : narrateur externe, récit chronologique, royaume lointain, princes et princesses, pouvoirs magiques, personnages aux intentions mauvaises, lutte pour le rétablissement d’une situation heureuse. On note des allusions à plusieurs reprises à Blanche-Neige : le physique d’Aza (cheveux noirs, teint blanc, bouche rouge), le thème du miroir et de la beauté, la pomme empoisonnée… L’unique, mais de taille, différence avec la tradition est l’héroïne, imparfaite, ou tout du moins présentée comme insatisfaite d’elle-même – on verra par la suite que l’apparence physique ne compte pas en amour ou en bonheur. L’humour, malicieux et moderne, se rajoute, principalement aux moments où la brave chienne du prince Ijori, Oochoo, entre en scène. J’admets avoir « sauté » les passages des nombreuses chansons (les jeunes lecteurs ne feront-ils pas de même ?), mais, à une lecture plus attentive, on se rend compte que Gail Carson Levine, et sa traductrice française, Agnès Desarthe, les ont soignées autant que l’histoire proprement dite. Ce beau roman-conte devrait se lire sans difficultés à partir de 10 ans, moyennant que sa taille n’effraie pas.