Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Une planète dans la tête

Sélection des rédacteurs
Catherine Gibert
Roman
à partir de 13 ans
: 9782070650415
14.90
euros

L'avis de Ricochet

Standish Tredwell a 15 ans, ne sait ni lire ni écrire à cause d’une forte dyslexie et il est le souffre-douleur de l’école qu’il fréquente. Pourtant une enseignante a su voir en lui autre chose qu’un « débile » dont on se moque. « Il y a ceux qui suivent les chemins balisés et puis il y a toi, Standish, une brise dans le parc de l’imagination. »
Il vit avec son grand-père, Papou, car ses parents ont disparu. La disparition est chose courante dans la « Zone 7 », ce monde de parias où survivent Standish et Papou, où règnent l’arbitraire, le mépris, la faim et la surveillance constante. Tous ceux qui pensent par eux-mêmes, disparaissent un jour ou l’autre.
La vie de Standish s’éclaircit un peu lorsque de nouveaux voisins s’installent et qu’Hector devient son ami et son protecteur. Ensemble, les deux garçons peaufinent des rêves éveillent et s’inventent Juniper, une planète où la vie est plus belle. Aussi lorsqu’Hector disparaît à son tour avec ses parents, Standish est désespéré. Il ne s’intéresse pas à l’Événement dont la propagande de la Patrie parle dans les médias contrôlés : le premier homme va se poser sur la Lune car la Patrie est une grande nation.
Standish comprend bientôt que la supercherie d’État doit être démasquée et dénoncée. Avec l’aide de quelques Résistants, il met au point un plan pour renverser cet état totalitaire, afin que ceux qui pensent et qui rêvent puissent enfin vivre dignement.

Ce roman, écrit à la première personne, fait entendre un personnage atypique, émouvant et intelligent, qui veut aller au bout de ses rêves, quel qu’en soit le prix à payer. Ce n’est pas son bonheur personnel qui motive Standish. Au contraire, il est porté par la volonté de dénoncer l’iniquité et l’arbitraire. Il s’inscrit en cela dans la lignée des grands personnages de la littérature, telle la magnifique Antigone.
Le récit à l’écriture concentrée et puissante procède par chapitres très courts qui donnent un rythme très particulier et happent rapidement les lecteurs.
Une planète dans la tête est l’un de ces romans où l’on demeure, une fois la lecture terminée, que l’on garde en soi, magistrale dénonciation de la dictature et de la barbarie.

Présentation par l'éditeur


Standish vit avec son grand-père dans la "zone 7", celle des impurs, privés de tout, surveillés en permanence...

Dyslexique, il subit à l'école brimades et humiliations jusqu'au jour où il se lie d'amitié avec son nouveau voisin, Hector.

Ensemble ils rêvent de s'évader sur Juniper, la planète qu'ils ont inventée. Mais Hector et ses parents disparaissent sans laisser de trace... Ont-ils été