Aller au contenu principal

Simon sur les rails

Album
à partir de 3 ans
Réédition
: 9782211237987
12.70
euros

L'avis de Ricochet

Simon, le lapin d’Adrien Albert, travaille en usine ! Il fabrique des marteaux dont il peint les manches d’une belle couleur rouge. Il travaille avec application parmi d’autres ouvriers dans un grand atelier un peu gris, un peu terne. Seul bruit dans le silence de l’atelier le « drriiiiiiiiiiiiiiiinng » retentissant qui marque la fin du travail. Simon ne perd pas un instant. Suspendu à la sonnerie de l’horloge, on le voit, ventre à terre, besace en bandoulière courir vers un austère bâtiment surmonté d’une autre horloge…

Le lecteur identifiera vite une gare où Simon apprend qu’il n’y a pas de train. Cela met en échec son projet, aller voir son grand frère. Va-t-il renoncer ? Attendre sagement le train du matin ? Non, le désir de se retrouver en famille est plus fort que sa patience. Le récit se construit donc autour de sa course difficile, fatigante qui le mènera au bout de la nuit à bon port, où son frère l’attend.

Avec un grand classicisme dans la construction, larges images et sous-texte réduit qui les éclaire, cet album intrigue sur plusieurs points. Comment est envisagée la relation au travail par exemple ? Simon a quitté l’école. Son travail répétitif semble n’avoir que l’intérêt de lui permettre de s’évader, gagner le prix du billet. Ce n’est pas une vision du travail très flatteuse. Autre thématique subtile et complexe, celle du temps. Le temps passe, scandé par les horloges. Il est ressenti, éprouvé,  libérateur à la fin du travail, soumis aux rythmes sociaux des trains, ou vécu dans la liberté et l’effort du chemin parcouru vers le but choisi. Enfin, cet album exalte le lien fraternel. La petitesse de Simon face à l’immensité de la nuit étoilée et à l’obscurité du tunnel est immense, mais adossée au grand frère, elle est « confortable ».

Le décor, les personnages, les thématiques du mouvement, du voyage heureux ou obligé, la ligne claire signent le style d’Adrien Albert, entre réel et fantaisie. On trouvera sur le site de l’Ecole des loisirs de riches propositions de lecture en lien avec cet album dont la réédition est bienvenue.

Présentation par l'éditeur

Depuis qu’il travaille à la fabrique de marteaux, Simon ne voit plus son grand frère aussi souvent qu’avant. Mais ce soir, youpi ! c’est le week-end, et, grâce à son salaire, Simon va se payer un billet de train pour aller chez son frère chéri, de l’autre côté de la montagne. Hélas, arrivé à la gare, Simon apprend que le train a été annulé ! Que faire ? Rien n’arrête un Simon fraternel. Il prend