Aller au contenu principal

Rechercher un article ou une interview

Rendez-vous au sommet: 10 suggestions de lecture sur la montagne

Pour les grandes vacances, vous êtes plutôt plage, ville ou montagne? A Ricochet, cet été, nous avons souhaité prendre un peu de hauteur en vous proposant une bibliographie commentée constituée de livres qui ont pour décor – et parfois même pour personnage principal! – la montagne. Nous vous souhaitons de belles randonnées sur les chemins de la littérature jeunesse!

Rendez-vous au sommet: 10 suggestions de lecture sur la montagne

1. La montagne, de Manuel Marsol et Carmen Chica, Les fourmis rouges, 2018
Album, dès 4 ans

Au volant de son camion rouge, un livreur roule sur une route sinueuse de montagne lorsqu'il ressent un besoin pressant. Après s'être soulagé, l'homme revient sur ses pas pour rejoindre son camion. Mais impossible de retrouver son chemin. Perdu au milieu d'un écrin de verdure à couper le souffle, il erre à la recherche de repères. Une ombre aux yeux rouges lui sert de guide. Au contact des arbres, de l'eau et de la montagne, le corps du livreur finit par se fondre dans les éléments formant une osmose parfaite avec la nature…

Perdu? Et alors! Pris dans son train-train quotidien, ce livreur profite de cette parenthèse enchantée pour plonger au cœur d'une végétation foisonnante, peuplée d'animaux connus ou fantasmés. Rêve ou réalité? Qu'importe, le jeu en vaut la chandelle puisqu'il redonne vie à cet homme à la mine contrite. De magnifiques illustrations primées à la Foire du livre de Bologne en 2017 servent ce propos poétique qui incite à sortir des sentiers battus. (EP)

Rendez-vous au sommet: 10 suggestions de lecture sur la montagne
Couverture et illustration intérieure de «La montagne», de Manuel Marsol et Carmen Chica (©Les fourmis rouges)

2. Nous avons rendez-vous, de Marie Dorléans, Seuil Jeunesse, 2018
Album, dès 4 ans

Où donc a rendez-vous cette charmante famille? Et avec qui? Sur la couverture, une jeune fille avec deux nattes tient fermement son sac à dos et gravit la montagne avec détermination. Sa mère la suit avec une lampe de poche dont la lumière fend la nuit. Derrière la maman, arrive le papa portant sur ses épaules un petit garçon qui semble assoupi. Nous avons rendez-vous de Marie Dorléans débute avec cette première image nous présentant ce décor de nuit avec un ciel percé d’étoiles. Les personnages traversent le camaïeu de bleu nocturne pour se rendre à un rendez-vous. Durant leur trajet, les membres de cette famille, dont les yeux s’habituent petit à petit à l’obscurité, aperçoivent tour à tour des animaux de la ville, de la campagne, de la forêt et de la montagne. Ils traversent de multiples paysages nocturnes et passent même devant un hôtel dont les fenêtres illuminées rappelleront à certains les cinémas photographiés d’Hiroshi Sugimoto. Comme les écrans lumineux de l’artiste japonais, les fenêtres de cet album nous laissent imaginer les nombreuses scènes qui se jouent à l’intérieur sans que nous puissions les distinguer.

Marie Dorléans dessine ici avec son crayon et ses encres une nuit onirique qui sent bon «l’iris et le chèvrefeuille» et qui emporte une famille pour une éblouissante découverte. La douceur de la nuit enveloppe également le lecteur qui, comme les enfants, est ébloui par le reflet de la Lune dans un lac. Les yeux s’habituent progressivement à l’obscurité et une deuxième lecture nous fera découvrir nombre de détails passés inaperçus lors de la lecture précédente. Je ne dévoilerai ici ni la nature, ni le lieu du rendez-vous vers lequel se dirige cette famille qui ne craint pas d’affronter la nuit d’été. Cette promenade initiatique et méditative trouve donc son accomplissement à la toute fin de l’ouvrage où éclate la splendeur du rendez-vous. (SF)

Rendez-vous au sommet: 10 suggestions de lecture sur la montagne
«Nous avons rendez-vous», de Marie Dorléans et «Notre montagne», de Yu-Lin Chen (©Seuil Jeunesse/L'Élan vert)

3. Notre montagne, de Yu-Lin Chen, L’Élan vert, 2019
Album, dès 4 ans

Avec cet album, l’auteure taïwanaise Yu-Lin Chen livre une très jolie et sage fable écologique. Sur une paisible montagne où vivent en harmonie les animaux et les oiseaux dans une nature encore préservée, surgissent brutalement d’énormes engins bruyants et absolument sauvages. En moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, la montagne est saccagée, les arbres sont coupés, les oiseaux et les animaux chassés. Mais la nature ne se laisse pas toujours dompter et la narratrice de l’histoire, qui n’est autre que la montagne elle-même, réserve aux barbares une sacrée surprise! Ils s’en retourneront à leur tour pris de peur et paniqués et ceux qui viendront après eux auront un but beaucoup plus pacifique.

L’illustration de Yu-Lin Chen est pleine des rondeurs naïves que l’on prête aux dessins d’enfants. La nature stylisée qu’elle offre aux jeunes lecteurs est une mine de petites vignettes charmantes qui présentent les animaux qui batifolent dans la prairie et les oiseaux qui volent parmi les arbres fleuris. Quand l’homme survient, c’est en limousine noire escortée d’engins de mort pour la montagne et la forêt. Les symboles sont forts et clairs.

L'auteure adapte sa palette aux situations qu’elle décrit: vert pour la nature enchanteresse, puis marron et noir pour l’agression des machines. La montagne est alors engloutie par un énorme rugissement transcrit en onomatopées dans le corps même de l’image et sombre dans la nuit. Le rouge traduit la violence. Les camions rouges n’ont plus rien de joyeux et même les lames de scie sont rouges du sang des arbres coupés. Mais quand cette violence se retourne contre ceux qui l’ont exercée, le rouge devient la couleur de la colère, la fureur, une éruption qui dévore tout et laisse, en s’éteignant, un monde désolé et terni. Chaque double page est un tableau et la renaissance s’auréole de rose comme l’aube. Le nouveau monde reprend des couleurs et Yu-Lin Chen le développe sur un dépliant en quatre pages pour le faire rayonner. L’auteure utilise les codes d’une très jolie façon, et l’ensemble est confondant de simplicité et d’efficacité. Cet album séduira son public à coup sûr. Espérons que nous aurons très vite l’occasion d’en découvrir davantage sur le travail de Yu-Lin Chen, une auteure à suivre. (VC)

4. L'ascension de Saussure, de Pierre Zenzius, Rouergue, 2017
Album, dès 5 ans

Fin du XVIIIe siècle. Vêtus de longs manteaux, de souliers noirs et de chapeaux, des hommes lourdement chargés marchent en file indienne. Cette procession incongrue transporte des échelles en bois et d'imposantes malles. Perruques, vin rouge et oiseau en cage font également partie du voyage… Après des jours ou plutôt des semaines à franchir monts et vallées, cette cordée se repose sur l'herbe tendre avant d'affronter le géant des glaces… Parviendront-ils à graver leurs noms au sommet de cette montagne fantasmagorique?

Cet album retrace avec de majestueuses planches inspirées de l'époque – on est bien loin de l'équipement high-tech contemporain – l'obsession pour la montagne d'Horace-Bénédict de Saussure (naturaliste et géologue suisse), qui a réussi l'exploit de gravir le mont Blanc il y a 230 ans. Cet alpiniste précurseur a consigné ses performances dans son Journal de l'ascension du Mont-Blanc et ses Voyages dans les Alpes, dont Pierre Zenzius s'est très librement inspiré pour élaborer son récit. (EP)

Rendez-vous au sommet: 10 suggestions de lecture sur la montagne
«L'ascension de Saussure», de Pierre Zenzius et «Uani», de Violaine Leroy (©Rouergue/La Pastèque)

5. Uani, de Violaine Leroy, La Pastèque, 2020
Album, dès 5 ans

«En bas, dans ma vallée, on racontait aux enfants l’histoire étrange du village perdu des sommets.»

Ainsi commence le conte initiatique d’une jeune femme qui décide d’affronter le froid de la montagne à la rencontre des habitants dont parle la légende de son enfance. Après plusieurs jours de marche, elle tombe sur une étrange pierre gravée d’un visage. Levant les yeux, elle remarque un groupe qui l’observe, puis l’invite à le suivre. La jeune femme s’intégrera dans le quotidien du village, tissé de silence et de regards. Un soir de pleine lune, elle suivra la Femme Sage qui la mènera, elle et trois enfants, jusqu’à un cimetière d’étonnantes carcasses de bateaux gelés...

Un vrai petit bijou atypique qu’est cet album de Violaine Leroy. Atypique car comme les habitants du village qui vivent dans le silence, l’auteure-illustratrice suggère plus qu’elle ne raconte. Octroyant une grande place aux illustrations absolument sublimes, elle parsème les pages de mots choisis avec soin et parcimonie. C’est beau, tout simplement. (NT)

6. La poya, de Fanny Dreyer, La Joie de Lire, 2017
Leporello, dès 6 ans

Illustré de papiers peints et découpés, l'album se déplie comme un accordéon et se lit sur les deux faces. Il fait défiler un paysage de montagnes (suisses), et surtout, un troupeau de vaches durant son temps d'alpage. Esthétiquement, l'effet est réussi, et la simplicité de la technique permet de se centrer sur quelques détails: le chien de berger, les lourds paquetages, les cloches et les bouquets de fleurs accrochés aux cornes des vaches, etc.

En bas de la frise, nous suivons le récit d'un petit narrateur et de la jeune vache Lise dont le garçonnet a la charge particulière. Les deux ne se quittent pas, se réconfortent durant la nuit noire. A leur retour, ils auront grandi et pris confiance en eux. L'album dégage une grande sérénité proche de la nature, tout en témoignant auprès des jeunes générations de la pratique ancestrale de la transhumance. Pour lutter contre l'oubli et rappeler que les bovins broutent de l'herbe... (SP)

Rendez-vous au sommet: 10 suggestions de lecture sur la montagne
Couverture et illustration intérieure de «La poya», de Fanny Dreyer (©La Joie de Lire)

7. Quelques battements d’ailes, de Mickaël El Fathi et Pierre Pratt, Motus, 2017
Album, dès 6 ans

«Ici dans ma vallée s’écoulent à toute allure les siècles. Je suis cette montagne qui voit défiler les forêts et les ciels depuis la nuit des temps.»

Quelle étonnante et merveilleuse idée Mickaël El Fathi a eue ici de donner la parole à une montagne! Pourquoi n’y avons-nous pas pensé avant? Quel autre élément naturel peut en effet prétendre incarner aussi bien qu’elle le temps qui passe et le cycle de la vie?

Parce qu’elle est condamnée par l’érosion à devenir poussière et renaître de cette même poussière, elle s’avère tout à fait à même de parler de ce compagnon de toujours, si diligent et parfois si lent: le temps!

Les mots choisis par l’auteur de ce texte sont désarmants de simplicité et de profondeur. Le rapprochement antithétique des termes ou des expressions employés en lien avec le champ sémantique du temps provoque page après page étonnement, et partant, poésie. Le jeune lecteur est ainsi amené non seulement à redécouvrir le monde à l’échelle temporelle et géographique d’une montagne, mais également à réinterroger son propre rapport au temps et au monde qui l’entoure.

Les doubles-pages magnifiquement illustrées par Pierre Pratt apportant tantôt la lumière, tantôt l’obscurité, mais toujours avec force énergie et joie, donnent vie et épaisseur au texte de Mickaël El Fathi, en faisant l’éloge du temps qui passe. Le duo auteur-illustrateur fonctionne à merveille, les talents de conteur de l’auteur, une nouvelle fois mis à l’épreuve dans des albums publiés par les éditions Motus, révèlent avec dépouillement et sincérité une déférence à l’égard la Nature et un amour inconditionné de la Vie. (HD)

Rendez-vous au sommet: 10 suggestions de lecture sur la montagne
«Quelques battements d'ailes», de Mickaël El Fathi et Pierre Pratt et «La milléclat dorée», de Benjamin Flouw (©Motus/La Pastèque)

8. La milléclat dorée, de Benjamin Flouw, La Pastèque, 2017
Album, dès 7 ans

Féru de botanique, Renard prend connaissance de l'existence de la milléclat dorée, une plante de la famille des Biencachés. Comme elle ne pousse que dans la montagne, Renard, curieux, s'équipe pour une longue randonnée. Après avoir pris des informations auprès de tous ceux qu'il rencontre (la marmotte fut difficile à trouver), Renard décide de grimper au sommet de la montagne. Une tempête de neige plus tard, la milléclat dorée pointe ses pétales sous la main de notre scientifique amateur… qui décide alors de ne pas la cueillir.

Géniale, l'histoire évite habilement l'effet de répétition des rencontres, et se concentre sur la quête de Renard. Nous le suivons pas à pas, de son sandwich au pâté de raisin jusqu'à sa recherche insistante de la marmotte. Et la milléclat dorée (une sorte d'edelweiss?) n'est pas une fin en soi, mais le prétexte à une petite leçon de préservation de la nature. Avec des héros habituellement prédateurs, c'est bien vu et complètement d'actualité.

Pour agrémenter cette aventure aux jeux de mots divins, l'auteur a encore parsemé le petit album carré de planches botaniques ou documentaires: les essences d'arbres, les niveaux de la montagne, etc. Le dessin y montre vraiment son originalité, à la fois précis et artistique. Entièrement composé d'angles, il joue des ombres pour une impression de trois dimensions. Mais le choix de couleurs un peu sourdes et d'effets texturés adoucit l'ensemble, et on adopte ce renard végétarien avec joie!

Un premier album et une réussite. (SP)

9. Gladys, de Ronald Curchod, Rouergue, 2020
Album, dès 7 ans

La petite Gladys, qui vit et grandit au milieu des montagnes suisses, exprime son amour de la nature d'une façon ludique et extrêmement poétique. Tous les sens sont en éveil. Elle est attentive à l'aigle et au faucon dans le ciel, à la truite dans le ruisseau, à la quintefeuille dans les champs...Tout interagit, se côtoie, forme un puzzle comme un grand tout. Il y a par ailleurs un jeu avec les lettres comme le soulignent ici et là des bulles qui émergent du texte sur pratiquement toutes les pages.

Magnifiques, les illustrations aux couleurs vives et intenses de Ronald Curchod rendent l'univers de Gladys extraordinaire, comme peut l'être celui de l'enfance avec ses paysages et ses personnages aimés. Il y a des images insolites, des éléments surdimensionnés, une petite fille proche de la nature qui vit dans une ferme isolée, mais bien intégrée dans son environnement. (PP)

Rendez-vous au sommet: 10 suggestions de lecture sur la montagne
Couverture et illustration intérieure de «Gladys», de Ronald Curchod (©Rouergue)

10. Et derrière les nuages, de Pascale Perrier, La Joie de Lire, 2018
Roman, dès 15 ans

A Chamonix, deux amis fêtent leur baccalauréat en escaladant l’aiguille d’Argentière. Ils veulent devenir guides de haute montagne, connaissent leur sujet par cœur et ne pensent pas au pire. Pire qui pourtant se produit lorsque l’un des deux, qui n’était pas encordé, chute et meurt. Le narrateur, survivant, traîne sa peine. Sac au dos, il part passer l’été à Lyon et y rencontre Leïla, qui a fui sa famille musulmane autoritaire pour entamer à la rentrée des études. Ensemble, ils vont s’aider pour parvenir à composer avec leurs sentiments respectifs et continuer à avancer sereinement...

Pascale Perrier reconstitue avec véracité le contexte technique du monde de la haute montagne (du moins pour la néophyte que je suis), et dans une moindre mesure celui des exigeantes classes préparatoires. A partir de cette trame maîtrisée, les affects peuvent s’épanouir lentement, difficilement. Il n’y aura pas le mot précis d’un proche qui fera basculer le narrateur, ni l’amour fou avec Leïla. Il y aura juste le temps d’un été, un journal intime dont nous ne saurons rien, et in fine l’envie de recommencer à escalader qui prend le dessus. Du côté de Leïla, la situation est tout aussi emmêlée, et encore moins racontée que celle du héros. C’est au lecteur de décider si la jeune fille, pas vraiment en rupture de ban, est victime d’une religion ou d’une famille. Un roman sans trop d’action, pourtant captivant tant drame et deuil y trouvent leur juste place. (SP)

Rendez-vous au sommet: 10 suggestions de lecture sur la montagne
«Et derrière les nuages», de Pascale Perrier (©La Joie de Lire)

Les rédactrices: Véronique Cavallasca (VC), Hélène Dargagnon (HD), Samantha Formaz (SF), Emmanuelle Pelot (EP), Sophie Pilaire (SP), Pascale Pineau (PP), Nicole Tharin (NT)