Entretiens graphiques

Martin Jarrie
Patrick Couratin
Lisbeth Zwerger
Gérard Dubois
Yan Nascimbene
Thierry Dedieu
Henri Galeron
Claude Lapointe
Voir la liste complète

Vidéos

Les gravures aussi légères que des plumes de May Angeli
Lorenzo Mattotti : On n'est pas obligé de toujours raconter avec des mots
Joëlle Jolivet, aller à l'essentiel du trait
Blutch et Claude Lapointe
Etienne Delessert au Centre de l’Illustration de Moulins (03)
La rue & le Machino
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.

Les invités

Laurent Gapaillard
Bertrand Santini
Valéria Vanguelov
Dominique Falda
Germano Zullo
Monique Félix
Rachel Hausfater
Jacques Cassabois
Voir la liste complète

Les entretiens

Arnaud Tiercelin
Christophe Loupy
Etienne Delessert
Rébecca Dautremer
Louis Joos (2)
Louis Joos
Stasys Eidrigevičius
Gilles Bachelet
Emma Kennedy
Jean-Luc Marcastel
Voir la liste complète

Libres propos

Francine Bouchet : « Chaque fois qu'un livre arrive, c'est une joie de le découvrir ».
« J'ai encore la certitude qu'en m'entraînant longuement, je finirai par savoir voler. »
« L'important, c'est de bien marquer les plis »
Car Boy ou comment trouver sa voie dans une carrosserie
Clémentine Beauvais : « C'est sans doute la chose la plus enivrante et la plus belle du métier... »
Strada Zambila ou la Roumanie au coeur
L'amour, toujours !
Petit bestiaire d'hiver
L’histoire d’un infâme hippopotame
À pas de loups : l’éditeur qui ne passe pas inaperçu
Voir la liste complète

A voir aussi :

Hervé Tullet : le livre, objet idéal
L'identité féminine et littérature en couleur
Bologna Fiera 2009
Entretien avec Sophie Giraud - Hélium éditions
Instantané d'Amérique
Entretien avec Camille Baladi
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.
Copains
Les albums d'activités et les albums à colorier
Souvenirs de guerre
Jurg Schubiger
Prix Hans Christian Andersen 2008
Influence et interaction dans l'illustration européenne
Les Pieds Nickelés ont 100 ans
Entretien avec Natali Fortier
En avant la musique !
Les deux petits princes
La collection l’Abécédaire aux éditions de L’Edune
De la jeunesse chez Gallimard
Titeuf à Genève
Entretien avec Robert Delpire
 

Yan Nascimbene

Entretien graphique

Yan Nascimbene a toujours dessiné, réalisé des photos et écrit des histoires. La création est pour lui une fonction vitale. Il a illustré plus de 300 couvertures et signé une soixantaine d'albums, dont certains comme auteur (Antibes, Clavière et autres couleurs, (Gallimard, 1991), Un jour en Septembre (Creative Editions et Gallimard,1995), Bleue marine (Creative Edtions et Milan,1999). En 1987, Pierre Marchand lui confie la réalisation des couvertures de la nouvelle collection "Page Blanche". Elle durera 13 ans. Parallèlement, il travaille pour la presse et l'édition aux Etats-Unis, et également en Italie et au Japon. On lui doit aussi les magnifiques illustrations de trois titres d'Italo Calvino, "Aventures", "Palomar", "Le Baron perché" publiés au Seuil. Son travail est couronné par de prestigieux prix (prix graphique de la Foire Internationale de Bologne, une médaille d'or et deux médailles d'argent de la Society of Illustrators de New York). Outre l'illustration, la photographie et son travail d'auteur, Yan Nascimbene réalise des peintures à l'huile sur toile. Yan Nascimbene vit avec son épouse entre Cotignac, dans le Var, et San Francisco.



Antibes, Clavière et autres couleurs


- La création est-elle pour vous un voyage, un refuge ou une nécessité ?
Un peu tout ça. Un voyage vers le passé, mes souvenirs d’enfance, des émotions lointaines qui, aujourd’hui, douloureuses ou non, déterminent l’atmosphère et parfois les sujets de mes images. L’isolement, la solitude, un certain abandon... mais ne dramatisons pas; je suis conscient de mes privilèges. Inventer des images et des récits me permet aussi de voyager vers d’autres pays à peu de frais!
La création est avant tout une nécessité biologique, comme dormir, manger, et une psychothérapie !
Quant au « refuge »... Ma vie et mon travail sont un refuge, l‘un est le prolongement de l’autre et inversement. C’est un tout. Encore une fois, ce sont des privilèges que de vivre avec la femme qu’on aime, à peu près où on veut, de faire un travail qu’on aime et d’être libre. Libre de son temps, de ses choix. Ça implique malgré tout beaucoup de discipline et d’organisation.



Il y a des images obsessionnelles, liées à mon enfance. Je ne peux pas m'empêcher de les faire et les refaire. Ce chemin du Bois de Boulogne longe le Jardin d'Acclimatation. Il se situe à quelques minutes d'où nous habitions, lorsque j'était enfant.



Bois de Boulogne (une autre vue du même lieu, celle-ci à l'huile sur toile (90X116cm).



Antibes, la pelouse. Huile sur toile (73 X116cm).



Antibes, la piscine. Huile sur toile (73 X116cm).




Chaque soir mon frère Eric et moi empruntions cette allée qui menait de la villa du Cap d'Antibes à l'annexe où nous logions. Il me tenait par la main.


- Qu’est-ce qui a agi chez vous comme un révélateur pour vous lancer dans le métier d’illustrateur ?
J’ai toujours dessiné, écrit, pris des photos, raconté des histoires, j’ai réalisé un film de long-métrage qui a été invité à une dizaine de festivals internationaux (un truc de jeunesse, assez prétentieux). Je suis devenu illustrateur -et me suis ainsi mis à travailler « sérieusement »- très tard, à 35 ans, tout simplement parce que j’avais besoin de gagner ma vie.

- Etes-vous un collectionneur d’images ? Lesquelles emporteriez-vous avec vous sur une île déserte ?
Offrez-moi d’abord mon île! Sauf quelques rares exceptions, j’aime tous les peintres, avec une prédilection pour les peintres du silence, de l’espace. L’attente, l’esseulement. Je pense à Vermeer, Monet, Vallotton, Morandi, Rothko, Nicolas de Staël, Hopper, Jasper Johns, Cy Twombly... Mais surtout il faut apprendre à voir ce qui nous entoure. (Bonnard, je crois, a dit que ce qu’il y a de plus beau dans un musée ce sont les fenêtres).
Quant au côté collectionneur, lorsque nous habitions à San Francisco j’avais accumulé un grand nombre de dessins, de peintures, de photos, de sculptures, il y avait de très belles choses. Des échanges avec des amis surtout, et des reliques familiales, de très belles pièces signées de René Lalique et autres choses de ce genre, mais ce ne sont après tout que des objets et ça prend de la place; Joan et moi avons tout donné à nos enfants qui sont restés aux Etats-Unis.




Vallotton





Sargent. (Quelle composition! La pluspart de ses peintures sont médiocres ou sans intérêt, et soudain c'est le génie pur!)



- A côté du livre pour enfants, quels sont les espaces de création que vous aimez investir ?
J’aime illustrer des récits pour adultes. Je suis en train d’illustrer une très belle collection de nouvelles américaines classiques. Je peints sur toile. J'écris. J’aime aussi faire la cuisine, et j’aimais me balader avec nos chiennes Simca et Cicciolina, mais elles sont mortes. (C’était créatif puisque ça me permettait de réfléchir). Elles me manquent beaucoup.

- Participent-ils d’une même approche ?
Sans vraiment me poser de questions, mes images s’adaptent d'elles-même au texte - je l’espère tout du moins - et donc à un lecteur enfant, adolescent ou adulte. Oui, l'approche entre la peinture, la photo, l'écriture sont les mêmes, il s'agit toujours de plaisir, du besoin de raconter des histoires. (Quant à la cuisine et les chiens, non ce n’est pas tout à fait la même approche).



Campoo dei Fiori. Huile sur toile (90X116cm)



- Vos premiers pas comme illustrateur ont-ils été difficiles ? Quelqu'un vous a-t-il encouragé à poursuivre ?
J’ai été poussé par un besoin pressant de gagner des sous, de faire vivre ma famille, c’est le moteur principal. Lorsqu'à 18 ans j’étais -brièvement- assistant-photographe de mode, le directeur artistique Jacques de Pindray, un type extraordinaire, m’a le premier poussé à partir pour les Etats-Unis où il se passait à l’époque (1970) tant de choses.



Et puis j’ai eu beaucoup de chance avec la décision de Pierre Marchand (alors directeur de Gallimard Jeunesse) de me confier toutes les couvertures de la collection Page Blanche. Je crois en avoir réalisées au moins 150 sur une durée de 13 ans.

Quelques couvertures de la collection Page Blanche :







- Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre apprentissage à la School of Visual Arts de New York et puis à l'Université de Californie ?
C’était sympa, le début des années ’70. On rigolait bien. Cheveux jusqu’à mi-dos, chemises transparentes, colliers en verrerie et clochettes, les pieds nus... Nous étions très jeunes, très naïfs, beaux (eh oui!) et totalement superficiels. Déjà je n’aimais ni la foule, ni sortir en boite ni tout ça. Je préférais le calme et le silence de notre petite maison en bois blanc, notre vie à deux, tranquille. Nous rêvions d’une terrasse ensoleillée avec la peinture, deux enfants nus jouant sur une terrasse ensoleillée et quelques moutons; finalement, en dehors des moutons, nous avons à peu près réalisé notre rêve.



Joan et moi, lorque nous étions étudiants en Califormie habitions cette petite maison blanche en bois, qui figure dans "Un Jour en Septembre" (Gallimard Jeunesse).



Ah oui ! La question, c’était au sujet de mes études : je n’ai absolument rien appris; bien à tort, je croyais déjà tout savoir.

- Avez-vous un "rituel" de création ?
Des superstitions sûrement, et un attachement particulier à mes outils de travail.

- Que doit contenir une image narrative réussie ?
Elle doit projeter l’esprit du récit. (Bien sûr elle ne doit pas recalquer le sujet).










- Quels sont les affichistes, graphistes, créateurs ou peintres qui ont compté ou comptent pour vous ?
Ce sont les peintres dont je parlais plus haut. Et puis il y a une multitude d’illustrateurs de grand talent. Je suis particulièrement admiratif de tous ceux bien plus jeunes que moi. Jamais à leur âge, je n’aurais su faire le travail qu’ils font.



Kawase Hasui




Kawase Hasui


Nicolas de Staël


Nicolas de Staël


Nicolas de Staël


- Quel a été votre moment de triomphe, et votre heure la plus noire ? Pourquoi ?
La vie m’a offert des minutes de gloire et de grandes tristesses. Avec le recul, on s’aperçoit que les médailles et autres trucs de ce genre sont superficiels et complètement inutiles. Mes années noires sont celles de mon enfance, le pensionnat surtout, mais elles me permettent aujourd’hui de faire un travail qui, j’espère, a une certaine valeur.



"A Day in September", Creative Editions, USA (et "Un jour en Septembre", Gallimard Jeunesse, France)



"A Day in September", Creative Editions, USA (et "Un jour en Septembre", Gallimard Jeunesse, France)



- Vous avez illustré plusieurs textes d'Italo Calvino qui ont été publiés au Seuil Jeunesse. Que représente ce travail pour vous ?
Calvino est l’un des plus grands auteurs italiens. J’ai toujours rêvé de l’illustrer, (peut-être aussi parce que je suis à moitié italien, mais surtout parce que je suis très sensible à son univers; le merveilleux dans la vie de tous les jours). Ces trois livres restent pour moi extrêmement importants; j’en suis très fier. Encore une fois j’ai eu beaucoup de chance.



Calvino "Aventures"



Calvino "Aventures"


Calvino "Aventures"


Calvino "Palomar"



Calvino "Palomar"



Calvino "Le baron perché"


- Quelles ont été vos rencontres déterminantes parmi les éditeurs que vous avez côtoyés ?
Pierre Marchand tout d’abord; je lui dois ma carrière d’illustrateur, et donc une grande partie de ma vie. Jacques Binsztok qui, avec Esther Calvino, m’a fait confiance pour l’illustration d’Italo Calvino. Et Tom Peterson, un grand ami et le meilleur éditeur américain de livres pour enfants. Je dois aussi beaucoup à Christine Baker chez Gallimard.

- Pourriez-vous décrire votre empreinte, votre univers, votre approche ?
Je suis fait comme tous : d'une somme de souvenirs, d’accidents, d’échecs et de quelques succès. On se débat comme on peut. Il y a des grands moments de détresse et des moments de joie. Il y a des trucs aussi bêtes qu’une maladie grave, il y a la fortune colossale, le luxe à outrance dans lequel j’ai été élevé. Et le vide, l’absence, le silence. L’abandon et la résignation... Il y a Joan. Tout ça crée mon univers, celui dans lequel je vis et que je recrée dans mon travail.

- Votre technique change-t-elle ? Aimez-vous la renouveler ?
Trop longtemps, elle n’a pas changé. Mais je me suis mis avec beaucoup de joie et de frustration à faire de la Peinture! De grandes huiles sur toile. Ça me rappelle l’émotion et l’enthousiasme de mes vingt ans. Et elles obtiennent un certain succès. C'est une bonne surprise. J’essaye aussi d’écrire davantage.



Goldfish. Huile sur toile. (90 X116cm).



Tower. Huile sur toile (81 X 100 cm).



- Peut-on sortir indemne de l’expérience de la création ?
Il n’y a pas d’autre solution pour moi que cette expérience. En ce qui me concerne, je poserais la question inverse : Peut-on sortir indemne d’une vie sans création?

- Vous avez travaillé pour la presse et l'édition aux Etats-Unis et en France. Entre les Etats-Unis et la France constatez-vous des différences dans la manière de travailler ?
Dans un pays comme dans l’autre, chaque projet est une nouvelle expérience, unique. D’une façon générale, disons qu’on me donne beaucoup plus de sous et beaucoup moins de liberté aux Etats-Unis. (Tom Peterson est un cas à part, et j’ai quand même de très heureuses expériences aux Etats-Unis).



J'ai fait figurer ce voilier, "L'Allure", dans plusieurs illustrations. Ici, il est "mis en scène" dans "Ocean Deep" (Publié par Tom Peterson/ Creative Editions. Puis en fnacais par les Editions Milan sous le titre "Bleue Marine"). Ce "côtre bermudien" construit par Camper & Nicholson dans les années '30 , appartenatit à mon oncle puis à mon père. Je l'ai revu un jour par hasard il y a quelques années, à l'abandon.



"Ocean Deep", Creative Editions, USA (et "Bleue marine", Editions Milan, France)



- L'année dernière est sorti "Les deux anniversaires d'Ariane" aux éditions Chan-Ok. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce projet ?
Ah! Oui, la genèse de ce projet est une jolie histoire: Il y a vingt-cinq ans, lorsque débutait avec la collection Gallimard "Page Blanche", ma carrière d'illustrateur, une petite fille m'a écrit pour me dire qu'elle aimait mes dessins. Je lui ai répondu pour la remercier. La petite fille a grandi et est devenue éditrice. Hélène Chan-Ok Charbonnier il y a quelques mois m'a contacté pour qu'on fasse un livre ensemble. Elle m'a dit qu'elle avait gardé la carte postale que je lui avais adressée il y a tant d'années. Le livre est là. Le parcours d'une enfant coréenne raconté avec lucidité et tendresse par Jee-Yung, adoptée comme l'est Ariane, l'héroïne du récit, comme son éditrice, Hélène Chan-Ok, comme l'est ma fille, marocaine d'origine, comme le sont mon frère et ma soeur nigériens. Un jour une petite fille m'a écrit que mes images étaient belles comme un fruit. C’est le plus beau compliment qu’on m’ait jamais fait. C'était peut-être une autre petite fille, ou bien c'était Hélène.



"Les 2 Anniversaires d'Ariane", Editions Chan-Ok



- Quels types d'histoires ou textes aimez-vous illustrer ? Quel titre et /ou texte d'auteur aimeriez-vous que l'on vous propose ?
On me conseille souvent de me lancer dans la BD. Mon ami Miles Hyman en particulier m’assure qu’il y désormais d’excellentes choses en ce domaine publiées en France ainsi qu’aux Etats-Unis, et qu’en plus ça se vend très bien. Bon. Mais j’ai lu et vu de telles merdes! Alors voilà, peut-être de la BD... En fait, j’aimerais écrire davantage, pour un public adulte, et illustrer mes textes. 50% d’images, 50% de texte. Avis aux éditeurs intéressés ...s’ils existent! En dehors de mes propres textes, j’aimerais illustrer de la littérature indienne, et sud-américaine (Jorge Amado entre autre) et puis aussi les très beaux romans de Jose Saramago. Et Italo Svevo. Et "Le Silence" de Roger Grenier.
J’aimerais aussi ranger une bonne fois pour toutes mes pinceaux, mes plumes et mes crayons dans une jolie boîte et la jeter à la mer, mais comme le dit justement Joan “on a pris notre retraite à l’envers, de 20 à 35 ans, et désormais on va bosser jusqu’à en crever!”


Vuillard. (Sa plus belle peinture, que Joan et moi aimons depuis toujours. A défaut de l'original, à Rome comme à Paris ou en Californie, la carte postale a toujours été agraffée à nos murs ou posée sur une cheminée).


Voir le site de Yan Nascimbene
Voir la page sur Yan Nascimbene sur Ricochet

Propos recueillis par Charlotte Javaux
new