Entretiens graphiques

Joanna Concejo
Martin Jarrie
Patrick Couratin
Lisbeth Zwerger
Gérard Dubois
Yan Nascimbene
Thierry Dedieu
Henri Galeron
Claude Lapointe
Voir la liste complète

Vidéos

Les gravures aussi légères que des plumes de May Angeli
Lorenzo Mattotti : On n'est pas obligé de toujours raconter avec des mots
Joëlle Jolivet, aller à l'essentiel du trait
Etienne Delessert au Centre de l’Illustration de Moulins (03)
La rue & le Machino
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.

Les invités

Laurent Gapaillard
Bertrand Santini
Valéria Vanguelov
Dominique Falda
Germano Zullo
Monique Félix
Rachel Hausfater
Jacques Cassabois
Voir la liste complète

Les entretiens

Arnaud Tiercelin
Christophe Loupy
Etienne Delessert
Rébecca Dautremer
Louis Joos (2)
Louis Joos
Stasys Eidrigevičius
Gilles Bachelet
Emma Kennedy
Jean-Luc Marcastel
Voir la liste complète

Libres propos

Roland Godel : la place du coeur !
Storie di Bambini - Une exposition italienne exceptionnelle
Francine Bouchet : « Chaque fois qu'un livre arrive, c'est une joie de le découvrir ».
« J'ai encore la certitude qu'en m'entraînant longuement, je finirai par savoir voler. »
« L'important, c'est de bien marquer les plis »
Car Boy ou comment trouver sa voie dans une carrosserie
Clémentine Beauvais : « C'est sans doute la chose la plus enivrante et la plus belle du métier... »
Strada Zambila ou la Roumanie au coeur
L'amour, toujours !
Petit bestiaire d'hiver
Voir la liste complète

A voir aussi :

Hervé Tullet : le livre, objet idéal
L'identité féminine et littérature en couleur
Bologna Fiera 2009
Entretien avec Sophie Giraud - Hélium éditions
Instantané d'Amérique
Entretien avec Camille Baladi
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.
Copains
Les albums d'activités et les albums à colorier
Souvenirs de guerre
Jurg Schubiger
Prix Hans Christian Andersen 2008
Influence et interaction dans l'illustration européenne
Les Pieds Nickelés ont 100 ans
Entretien avec Natali Fortier
En avant la musique !
Les deux petits princes
La collection l’Abécédaire aux éditions de L’Edune
De la jeunesse chez Gallimard
Titeuf à Genève
Entretien avec Robert Delpire
 

Isabelle Jan vient de nous quitter

Par
Janine Despinette
En 1962, dans  un atelier d'artiste de la rue Schoelcher à Paris, Natha Caputo, critique journaliste et  Isabelle Jan  critique, chercheur, essayiste, qui étaient co-productrices de l'émission radio bien connue La Ronde des Livres, décidèrent de créer une association de Recherches et d'Informations sur la Litterature pour la Jeunesse ( le CRILJ). 
 
Elles le firent en compagnie de Mathilde Leriche, de la Bibliothèque de l'Heure Joyeuse, de Marc Soriano, professeur d'Université, de Raoul Dubois , enseignant et critique de littérature jeunesse, de Raymonde Dalimier, bibliothécaire du Lycée La Fontaine à Paris, et de Janine Despinette, membre du Centre de Psychologie Comparative de l'Ecole des Hautes Etudes et critique responsable des rubriques Livres et Arts/Expositions de la revue hebdomadaire Loisirs Jeunes.
 
 Il leur faudra  attendre assez longtemps pour voir se réaliser enfin, en 1974,  leurs rêves d'intellectuels, à l'issue des  "Journées d'Etudes" organisées au Centre International d'Etudes Pédagogiques de  Sèvres  par  Jean Auba, son directeur, inspecteur général de l'Education Nationale et par la Section française  de  l'IBBY.
 
Le CRILJ existe encore, avec une nouvelle génération  de  chercheurs,  mais, pour qui sait lire, la convergence des recherches  des pionniers  devrait apparaître  dans les travaux publiés  par les uns et par les autres:  le temps de l'Enfance aura  toujours sa spécificité, puisque c'est en ce temps que se forme l'homme et la femme. 
Les psychologues, les éducateurs, les sociologues et les Pouvoirs Publics doivent à chaque génération prendre conscience de cette réalité. Pour notre génération c'était une évidence...
 
Je viens de passer quelques heures à relire l’ouvrage d’Isabelle Jan Les livres pour la Jeunesse, un enjeu pour l'Avenir préfacé par Jean Gattégno et publié par les Editions du Sorbier. 
Ses propos sont plus que jamais d'actualité.

Et voici ce qu’elle répondait, il y a vingt ans, à la question: “La littérature jeunesse doit-elle nécessairement être morale?”
 “Avant, il ne fallait pas dire zut à sa grand-mère, se mouiller les cheveux ou être coquette ; maintenant il faut appartenir à une organisation humanitaire : c’est pareil ! La cause est peut-être plus intéressante, mais la littérature tout aussi ennuyeuse. »
new