Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Votez Victorine

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 6 ans
: 9782358710640
16.00
euros

L'avis de Ricochet

Jouer avec les enfants de Brueghel, découvrir son jardin avec Monet, autant de preuves de l’imagination des musées pour amener les enfants à entrer dans l’art en les intégrant de plain-pied avec des époques et des artistes majeurs.
A ces livres sages, s’ajoute à présent l’histoire des femmes au tournant des XIX/XX° siècles avec Victorine. Votez Victorine concilie les prises de position féministes de Claire Cantais et un astucieux parcours au musée d’Orsay. Sans rien renier de ses engagements, l’illustratrice nous entraîne à la suite de Victorine, l’héroïne du tableau de Manet, nue. Elle pose cette question « pourquoi donc cette femme se promène-t-elle (toute) nue ? » Victorine, belle femme, raconte son destin depuis son beau bureau, témoignage de sa réussite et elle rembobine l’histoire. Enfant, au sein d’une famille très chic, elle vit une existence rangée de petite fille modèle. Cette enfance bourgeoise est donnée à voir grâce aux tableaux de Vuillard, Degas, Whistler ou Fantin-Latour que l’illustratrice intègre, complète, détourne grâce à la technique des papiers découpés qui introduisent une distance ironique.
L’irruption du « déjeuner sur l’herbe » de Manet est l’élément perturbateur de son avenir tout tracé par la perspective d’un mariage. Nue au milieu de ses cousins, parce qu’ils lui ont joué un mauvais tour, Victorine nous entraîne à la recherche de ses vêtements. Cette quête nous conduit parmi les œuvres de Courbet, le Douanier Rousseau, Klimt, Monet jusqu’à ce qu’elle arrive au milieu des saltimbanques de Van Gogh, Toulouse Lautrec et Seurat. Avec une époustouflante habileté, Claire Cantais invente un dialogue offensif entre Victorine et la clownesse Cha-U-Kao. Celle-ci dynamite le système familial et les nœuds du mariage, Victorine conclut « il était temps que je prenne ma vie en main ! » … Pour cela, Victorine n’a d’autre solution que de se glisser dans le costume et la personnalité d’un préfet. On n’y croit pas trop mais la volonté iconoclaste de l’auteure culmine avec la révélation de sa vraie nature au sein du tableau de Jean Béraud, Madeleine chez le Pharisien...

Cumuler un parcours artistique, historique et une réflexion approfondie sur un thème encore d’actualité est une gageure que mène à bien de bout en bout l’auteure-illustratrice. Elle manie la provocation et l’histoire de l’art avec dextérité. De quoi s’amuser, s’instruire et réfléchir.

Présentation par l'éditeur


Comment Victorine se retrouva nue sur le chemin du bal,et tout ce qui s'ensuivit.