Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Une belle journée

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 4 ans
: 9782812619977
16.00
euros

L'avis de Ricochet

Dans l’univers gris où les adultes s’enlisent, Rosie décide « de s’occuper d’elle […] et de s’en charger toute seule ». Rosie nous entraîne, elle prend la tangente, elle fugue, et le symbole de son dynamisme c’est « son tee-shirt rouge, celui qui lui remontait le moral », affirmation de soi et volonté de ne pas se laisser abattre.

Cet acte fondateur inaugure le voyage et c’est un pur délice. Le vert des arbres envahit la page, mais les branches la laissent passer. Comme dans le conte, elle est petite mais elle affirme sa place. Sur son petit vélo, alors que le chemin sinue, la nature dessine un tableau de couleurs primaires, contrastées et la bascule opère, elle s’est affranchie. Elle est « une aventurière des montagnes ». La fantaisie et l’humour nous attendent au tournant. Le bison des montagnes est rouge comme le petit vélo et le tee-shirt de Rosie. Sa petite taille, les ombres noires devraient l’impressionner mais non, elle rencontre Simon, le Capitaine de l’espace et Max, Fulguro-poing… « Rosie proposa de jouer à  qui-vit-là  », un jeu simple où les enfants inventent les habitants qui « collent » aux architectures qu’ils découvrent. Pleine page à gauche, les illustrations imposent leurs masses très colorées, leurs formes rigoureuses ; page de droite, le dialogue fait naître  dans l’esprit des enfants un ou des personnages qui prennent forme pour des aventures tout juste esquissées. Entre les maisons et les résidents, une subtile correspondance s’établit. L’immeuble massif rose et bleu suscite l’apparition d’un « robot qui y habite »  avec son « cyber-chien » aux « petites crottes en forme de cubes » parce que les enfants ne manquent pas d’humour, les siamois des maisons jumelles, ou la femme cowboy accompagnée de son chien poilu en témoignent ! La maison bleue, sorte d’isba surgie des pays froids, suscite l’apparition d’une femme un peu lunaire, la poésie en surgit…

Pour les jeunes aventuriers, la ville regorge de richesses, le muséum d’histoire naturelle avec son crocodile géant ou le centre commercial et ses tentations. Pourtant même si le réel peut être décevant, hélas pour les enfants, les glaciers vendent leurs glaces, et après le soleil, la pluie s’impose, l’énergie des enfants, leur vouloir-vivre entraînent les adultes et ouvrent à d’autres super belles journées.

Un album qui respire largement, éducation du regard, hymne à l’imagination, et formidable antidote contre la morosité. Une affirmation tranquille du côté de l’enfance que le bonheur est accessible à tous.

Présentation par l'éditeur

« Le ciel s’était dégagé, l’air sentait bon l’herbe coupée, l’été n’était pas loin. L’aventurière, le capitaine de l’espace et Fulguro poing décidèrent d’aller voir l’alligator géant. ». Il y a des matins gris où tout semble aller de travers mais Rosie n’est pas du genre à se laisser faire. À cheval sur son vélo rouge, elle part à l’aventure le temps d’une journée avec ses amis Max et Simon. Tous

Du même auteur

Le nombril du monde

Album
à partir de 6 ans