Aller au contenu principal

Un Cheval sans papiers

Roman
à partir de 11 ans
9.00
euros

L'avis de Ricochet

Mylène est en vacances avec son frère dans les Alpes, tout près de la frontière italienne. Son oncle et sa tante y tiennent une auberge. Un vieux cheval, venu d’on ne sait où, arrive dans leur prairie. Mylène le baptise vite Marco – de Marco Polo - et prend soin de lui. Mais son oncle est hostile à la présence de Marco. La jeune fille amène alors, dans une difficile ascension nocturne sous un orage, le cheval au chalet d’alpage du vieil André. Elle revient le voir régulièrement. Marco dépérit vite. La nuit de sa mort, Mylène et son frère dorment au chalet. L’oncle est furieux, mais Mylène est allée au bout de sa démarche.

Un Cheval sans papiers est une belle histoire animalière toute simple. Mylène la narratrice entretien une relation forte avec la nature ; les passages descriptifs, sans être trop nombreux, sont intenses. Son été dans les Alpes coïncide avec son entrée dans l’adolescence, et une prise d’autonomie qui se manifeste par l’opposition aux adultes, principalement son oncle qui ne veut pas du vieux cheval. Les réflexions de la jeune fille entrecoupent les passages d’action au présent : elle est sentimentale et ne croit rien d’impossible, au contraire de ses deux parents médecins ancrés dans la réalité. Portée aux petites choses qui nous entourent, elle nous donne une leçon de vie et surtout d’humilité. Gisèle Bienne, sous une observation du quotidien et des infimes détails qui le composent, livre des portraits fins de ses personnages ; je trouve personnellement que ce joli roman est plus réussi que La Petite Maîtresse.

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 06/17/2008 10:51

L’auteur nous communique une sensation de bonheur mélangée à la peur et à la tristesse. Mylène veut faire pour ce cheval ce qu’elle n’a pas pu faire pour sa meilleure amie, Annabelle, morte dans un accident. Ce livre nous transporte en Italie, sous la pluie et le soleil. L’auteur est un peu mélancolique.

le 06/17/2008 10:50

Cette histoire nous dit que quand on en a la possibilité, on peut aider quelqu’un qui va mourir à s’éteindre tranquillement. On imagine que le cheval est venu mourir chez l’oncle de Mylène, comme s’il avait choisi l’endroit. Elle décide de braver l’autorité de son oncle pour sauver le cheval. L’héroïne est courageuse et téméraire. Je me suis identifiée à elle. J’aurais souhaité une fin plus heureuse…

le 06/17/2008 10:50

Mylène est en vacances chez son oncle et sa tante quand un cheval sans propriétaire arrive dans la vallée. Stef, l’oncle très autoritaire, dit qu’il est vieux. Mylène va beaucoup s’attacher au cheval qu’elle nomme Marco. J’ai ressenti la grande amitié entre les deux. Mylène était très téméraire car elle aide Marco jusqu’au bout, même en pleine montagne et de nuit, avec la pluie. Elle désobéit souvent à son oncle.
J’ai mis du temps à comprendre le titre qui en fait veut dire qu’il n’a ni maître, ni endroit pour vivre.