Aller au contenu principal

Titan noir

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 13 ans
187 pages
: 9782812615979
12.50
euros

L'avis de Ricochet

Comme tous ceux qui l’ont vu, le documentaire Blackfish retraçant la lourde vie de l’orque mâle Tilikum a sans aucun doute plus ou moins traumatisé Florence Aubry. L’écrivain s’en est donc inspiré pour en faire un roman, avec des personnages et des lieux eux totalement inventés. Nous suivons l’histoire en captivité d’Oscuro, rebaptisé Titan à mesure qu’il change de parc après avoir blessé ou tué des humains. Parce qu’il est un reproducteur valant beaucoup d’argent, il ne sera pas euthanasié et traînera sa haine, sa dépression pendant des années.

Ecrit blanc sur noir, c’est le point de vue de l’animal, mais sans anthropomorphisme puisque raconté par un vieil homme à l’origine de la capture de l’orque et qui, bourrelé de remords, l’a toujours suivie depuis. Ecrit noir sur blanc, c’est le récit en « je » de la jeune et naïve Elfie, nouvelle dresseuse de Titan préférant d’abord penser que les animaux l’aiment comme elle les aime. Malgré une fin ouverte et positive, tout cela fait mal, très mal à nos petites consciences, et c’est tant mieux. Alors que la question du rapport homme/animal devient un thème de société majeur, ce roman explicite et néanmoins sensible apportera sa pierre de colère à la réflexion… Son parti pris est évident, mais qu’il s’agisse d’orques, de bélugas ou de manchots simplement dédiés au plaisir de l’homme, y a-t-il seulement sujet à discussion ?

« Oscuro n’est pas un assassin. Il n’est pas un fou. Il est un être en colère. Il n’est que de la colère, une colère qui n’a cessé de grandir depuis l’instant où on l’a arraché aux siens, vous imaginez ? Une colère contrainte dans un corps massif devenu cependant trop petit. Les autres subissent les mêmes maltraitances que lui, et pourtant, eux semblent faire avec. Lui ne peut pas. La souffrance est trop grande. » (p. 79)

Présentation par l'éditeur

Employée dans un parc océanographique, Elfie, 18 ans, devient rapidement dresseuse d’orques. Mais alors qu’elle nous raconte sa relation privilégiée avec l’une d’entre elles, Titan Noir, une autre voix dresse un panorama terrifiant de ces parcs… et nous dévoile l’identité réelle de cette orque. Inspiré de l’histoire d’un vrai cétacé, le roman de Florence Aubry s’inscrit dans les campagnes