Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Superchouchoute

Roman
à partir de 8 ans
: 9782874260995
8.00
euros

L'avis de Ricochet

l’école, qui s’appliquent partout : « 1. La maîtresse aimait qu’on l’écoute parler ; 2. La maîtresse aimait qu’on admire ce qu’elle faisait ; 3. La maîtresse aimait qu’on le lui dise. » (p. 18). Quand elle rencontre un obstacle, telle la vieille Tata Béa, Aurore est même prête à des choses comme apprendre le violon pour être appréciée. C’est très contraignant et fatigant, mais selon elle, cela en vaut la peine. Et comme elle est au fond gentille, Aurore va essayer de faire comprendre au dissipé Jules sa façon de voir la vie…
Le roman commence doucement, et le lecteur ne sait pas trop s’il doit être agacé par Aurore ou l’adopter. Peu à peu, la petite fille, sur laquelle se centre le narrateur externe, s’avère sympathique et tournée vers les autres. Son caractère parfait comporte une bonne dose de contraintes dont elle ne se rend pas compte, et on devine alors la faille. Heureusement, Aurore est aussi intelligente et (encore) malléable : elle admettra facilement, grâce à sa tante de la campagne puis Jules, qu’elle a tout à gagner à être plus naturelle. De son côté, Jules comprendra qu’il s’est lui-même enfermé dans le rôle du cancre à bêtises, et qu’il peut agir différemment. A noter que la directrice de l’école le soupçonne un temps de vrai déséquilibre, puisqu’il vit seul avec une mère célibataire : une bonne illustration de préjugés tenaces… Roman sur la construction psychologique, et plus globalement sur la liberté, Superchouchoute a une manière simple, un peu mignarde d’aborder le sujet (les douces illustrations de Claude K. Dubois n’arrangent rien) qui cache bien un propos pas bête du tout.