Aller au contenu principal

Rouge tagada

Sélection des rédacteurs
Bande dessinée
à partir de 13 ans
: 9782354881849
15.00
euros

L'avis de Ricochet

C'est la rentrée scolaire. Entourée de ses amis, Alex repère Layla, une nouvelle un peu perdue, jolie fille aux longs cheveux noirs et à la peau caramel. Bientôt, les deux filles deviennent les meilleures amies du monde ; elles font tout ensemble : devoirs, sorties, envies d'avenir, fous rires… Alex est ravie et voudrait que la situation dure éternellement. Et puis Layla rencontre un garçon, s'éloigne de sa copine. Alex déprime, erre en solitaire dans la cour du collège. Subitement, Layla revient vers elle, lui propose un après-midi à la maison. Alex, aveuglée par l'affection qu'elle porte à Layla, accepte. Mais la fine mouche avait un service à demander à Alex : apprendre à embrasser… Au corps défendant d'Alex, une vérité pas facile à dire va éclater.

L'unité entre le texte court et l'image qui va toujours plus loin est confondante dans ce roman que l'on peut effectivement qualifier de graphique. Charlotte Bousquet raconte avec sincérité le « je » d'Alex vivant ses émotions de manière directe, Stéphanie Rubini entoure ce quotidien de jeunes filles d'un grain de folie coloré. Trois parties, à la manière d'un drame à la conclusion fatale, s'enchaînent sans coup férir : la rencontre, la félicité amicale, la rupture, bien amoureuse cette fois-ci… Les deux auteures savent suggérer avec délicatesse, filer sur des à-côtés (les fraises Tagada, le repas qui n'aura pas lieu, le garçon « au nom de caleçon ») qui disent l'essentiel. De même, le prénom mixte de l'héroïne a été choisi avec soin, et seule l'image nous montre la féminité d'Alex.

S'agit-il pour autant d'une histoire sur l'homosexualité ? Il est difficile de savoir si Alex n'est pas tout simplement à une période tellement intense de sa vie que les cartes se brouillent entre les sentiments. Peu importe : excessivement touchante, étonnamment sincère, elle nous fait frémir, espérer, souffrir avec elle. Un très bel et très juste ouvrage bourré d'adolescence…

Présentation par l'éditeur


Elle était dans ma classe. Quatrième D. D comme déconne, délire, débile, dévergondé, début, douleur, douceur aussi. Il y avait tout ça, chez nous. Des pimbêches qui riaient trop fort, des timides, des bébés sages, des filles toutes fières de se comporter en femmes et des garçons qui ne savaient plus comment fonctionnaient leurs mains ni leurs pieds. Il y avait aussi les Jade et les Benjamin, les