Aller au contenu principal

Quand on a 17 ans

Roman
à partir de 13 ans
: 9782700239522
6.45
euros

L'avis de Ricochet

« On n’est pas sérieux quand on a dix-sept. », écrivait en son temps le jeune Arthur Rimbaud. Ce vers est le fil conducteur de ce roman choral où l’on suit, de septembre à juin, un groupe d’adolescents, tous élèves dans la même classe de première ES.
Le roman s’ouvre avec Jennifer qui vit avec une mère au RSA et un petit frère, qui veut à tout prix cacher la misère et refuse qu’on la prenne en pitié.
Puis viennent Clara la sérieuse, la responsable, et Théo qui se cache derrière une apparente légèreté où rien n’est important. Valentine et Audrey partagent une belle amitié qui vacille un temps lorsqu’Audrey entre en classe un matin en chuchotant à son amie « Ça y est. Je l’ai fait ! » Guillaume, Alex, Inès et Camille, le temps d’une soirée de décembre, jouent avec le sentiment amoureux, la dérobade et la jalousie, se cherchant et se perdant. Romane devient Angie sur le blog qu’elle ouvre et passe du côté sombre. Manon, son amie, lui sauve la vie in extremis. Pierre, le sportif virtuel, l’accro aux jeux en ligne, a du mal à rejoindre la « real life » et retrouver la confiance de ses parents. Karen rêve de podiums, de défilés, de silhouettes délicates et se perd, un temps, dans le mensonge et le jeu cruel des apparences. Farid ne vient plus au lycée et Marie décide de comprendre pourquoi. Lorsqu’elle apprend que Farid vient d’être arrêté par la PAF parce qu’il n’a pas de papiers, elle organise une mobilisation au lycée. Erwan va au bout d’une nuit et au fond d’une bouteille. L’alcool l’endort jusqu’au coma. Enfin Jérôme et Jules, lors d’une soirée de juin, font le bilan de l’année et de leur petit monde, avant la fête finale.

Ella Balaert capte avec justesse le temps de l’adolescence, où l’on est à la fois fragile et fort, où l’on attend et où l’on déploie une énergie inouïe. C’est un temps délicat, où tout peut basculer, où le fil de la vie peut se briser et où l’on s’essaie à l’amour.
Entre légèreté et gravité, le roman, bien écrit, se lit avec intérêt.

Présentation par l'éditeur


Le jour de sa rentrée en première, Jennifer rêve de fringues griffées… et a du mal à choisir les vêtements qu’elle va porter. Théo tourne en ridicule l’élection des délégués tout en admirant le sérieux de Clara. La belle Inès attire tous les regards mais c’est Audrey qui annonce « Ça y est, je l’ai fait ! ». Sur son blog, Romane se métamorphose en Angie néogothique jusqu’au vertige. Pierre, lui,