Aller au contenu principal

Mon Vaisseau Te Mènera Jeudi Sur Un Nuage

Pépito Lopez
Roman
à partir de 10 ans
: 9782748510607
5.95
euros

L'avis de Ricochet

Ce court roman raconte une belle histoire de vies : celle d’une famille confrontée à la maladie et celle de l’univers. Romain, le jeune narrateur, emménage avec ses parents à la Maison des parents, une structure dépendant de l’hôpital, qui accueille les familles des enfants hospitalises pour de longues périodes. Car Justine, dite Juju, sa petite sœur, est atteinte d’un cancer. Tandis que ses parents se relaient nuit et jour dans la chambre de leur fille, Romain découvre son nouvel environnement, l’odeur de l’hôpital, qu’il déteste, les familles qui vivent là, dans l’angoisse et l’espoir. Il fait la connaissance d’Alexia, dont le frère souffre d’une leucémie qui ne veut pas guérir. Alexia est très lucide et très calée sur les maladies, les traitements. Elle a les pieds sur terre et s’attend à la mort de son frère. Romain, au contraire, a la tête dans le ciel et dans le système solaire, qui le passionne. Il connaît tout des planètes et des galaxies. Sa passion lui permet d’échapper à la réalité qu’il a peur d’affronter. Pourtant ces deux enfants se parlent, chacun apporte à l’autre une dimension qu’il / elle ne connaît pas.
Un beau texte, émouvant et juste. Il interroge sur l’essence, l’origine de la vie et sur tout ce qui peut l’entraver, la perturber. La maladie de Justine et, en parallèle, sa passion pour l’astronomie, permettent au narrateur de dialoguer avec d’autres, de confronter sa peur à d’autres expériences, de garder l’espoir et de grandir. Il peut ainsi combattre les sentiments d’incompréhension et d’injustice qui l’étreignent. « On ne sait pas tout » est une phrase récurrente dans le roman, tellement juste !
« Mon Vaisseau Te Mènera Jeudi Sur Un Nuage » est le moyen mnémotechnique pour se souvenir du nom des planètes du système solaire, de la plus proche du soleil, Mercure, à la plus éloignée, Neptune.

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 04/20/2012 12:37

Il est très bien.

le 03/13/2012 14:20

Avis d'Antoine Bosch de 6e3: Je trouve que le thème de la maladie est très courageux. Ce livre manque certes d'action mais il enseigne des choses sur la maladie et sur l'astronomie. La passion du héros lui permet d'échapper à la réalité. Il y a cependant des interruptions entre les dialogues, ce qui gêne la progression du récit. L'auteur a de plus laissé une fin ouverte qui nous permet d'imaginer la suite mais ce qui ne m'a pas plu. Cela n'empêche pas que ce livre soit très beau.

le 03/13/2012 14:17

Avis de Mattéo Valenti, 6e3: J'ai trouvé ce livre moyennement intéressant et triste. Les actions n'étaient pas assez présentes et je l'ai trouvé répétitif. Mais j'ai quand même aimé la façon d'écrire de l'auteur: les descriptions ne sont pas envahissantes. On apprenait aussi beaucoup de choses par exemple sur les planètes et sur les maladies grâce à Alexia. Je trouve que la couverture du livre est belle. Je n'ai pas aimé la fin car on ne sait pas ce qui est arrivé à Justine.

le 03/13/2012 14:15

Matthias Gourillon, 6e3 : La page de présentation est jolie et aussi étrange car les premières lettres de chaque mot forment aussi la première lettre de chaque chapitre. C'est un très beau livre émouvant à cause des maladies évoquées. Ce qui ne m'a pas plu, c'est la fin. L'auteur a écrit le livre d'un style familier avec des dialogues: cela permet de mieux comprendre. Le livre nous informe sur l'astronomie et les maladies et cela m'a semblé étrange ; c'est pour l'enfant une peur d'affronter la maladie de sa soeur mais aussi l'astronomie le calme.

le 03/13/2012 14:10

Juliette Dunogier, 6e 3 Olympe de Gouges à Montauban
Ce livre m'a un peu ennuyé car il manquait d'action, d'imaginaire, de fantastique ...et d'amour! Il ne m'a pas fait frémir. En revanche, je l'ai trouvé très instructif sur l'espace et le cancer. Je connais maintenant l'inquiétude de la famille d'une personne malade. Je sais qu'il faut essayer de garder le sourire malgré la maladie, au moins devant le souffrant.