Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

L'insigne d'argent

Odile Belkeddar
Roman
à partir de 12 ans
: 9782211212144
17.50
euros

L'avis de Ricochet

L'insigne d'argent, c'est la marque du collège du jeune narrateur sur la casquette de son uniforme, qui est arrachée par un professeur suite à différents débordements de notre élève – certains réels, d'autres fictifs –. Tout le long du roman, le narrateur va poursuivre deux objectifs parallèles : tenter de prouver son innocence auprès du directeur du collège, et réussir à avouer à sa mère, femme modeste et dévouée, son renvoi. Evidemment, cela ne se fera pas sans heurts, et le lecteur aura tout le temps de découvrir la vie quotidienne, le quartier, les amis et ennemis, voire les amours, du héros.

Korneï Tchoukovski (de son vrai nom Nikolaï Korneïtchoukov) raconte ici ses jeunes années, sur un mode volontiers humoristique qui ne cache pas la réalité sociale du propos. A la fin du XIXème siècle, sous le règne d'Alexandre III, les riches Russes ne supportent pas de voir un pauvre s'instruire et potentiellement atteindre leur groupe... Malgré tout, et grâce à un unique professeur ainsi que sa volonté propre, le jeune homme parviendra à trouver une place reconnue dans la société, ce qu'il raconte rapidement en épilogue. Car le lecteur peut très bien s'en tenir au récit truculent de ses mésaventures scolaires, agrémenté des belles illustrations de Philippe Dumas. Le plaisir de ce récit est encore augmenté par les us et coutumes russes (fort arrosées), et le décalage historique – voir à ce propos l'appendice final –. Petit Nicolas (de Goscinny) ou Petit Chose, Korneï n'est au fond pas un mauvais garçon et on appréciera de le suivre tout du long de ces pages colorées, par ailleurs excellemment écrites et traduites. Merci à L'Ecole des Loisirs pour cette édition atypique !

Présentation par l'éditeur


« On a beau faire, quelquefois, c’est comme si on avait le monde entier contre soi. Et au collège plus qu’ailleurs. Jugez un peu : Un cahier enfoui pour cacher de mauvaises notes ; le chien du proviseur, Eschyle, qui le déterre pour jouer ; des professeurs qui ont tout sauf le sens de l’humour et de la mesure, et qui tous me désignent comme coupable, aussitôt c’est la menace d’une exclusion