Aller au contenu principal

L'insaisissable logique de ma vie

Sélection des rédacteurs
Hélène Zylberait
Roman
à partir de 13 ans
505 pages
: 9782266274821
17.90
euros

L'avis de Ricochet

A trois ans, Salvador est adopté par le meilleur ami de sa mère, un artiste peintre homosexuel. Le bambin grandit dans un univers protégé, entouré et aimé par tous les membres de sa famille adoptive. A dix-sept ans, Sal entre en terminale, dernière année de lycée avant l'université. Sa meilleure amie s'appelle Samantha, véritable femme de tête qui, malgré ses carences affectives et sa mère adulescente, parvient à suivre brillamment ses études. Depuis quelque temps, Sal ne se reconnaît plus. Il sent naître en lui une rage qu'il exprime avec ses poings. Confus, perdu, face à cette violence inconnue jusqu'alors, l'adolescent s'interroge sur ses origines. Deux autres drames viennent encore secouer le fragile édifice de la vie du jeune homme : la mort annoncée de sa chère grand-mère et le décès subit de la mère de Samantha.

Le rythme de ce roman s'écoule lentement, comme le balancier d'une horloge qui égrène les heures. L'auteur décrypte l'humain avec un sens aigu de l'observation. A travers des scènes souvent banales de la vie quotidienne, il décortique les sentiments, les émotions que vivent ses personnages avec une familiarité sincère et confondante, provoquant un attachement immédiat. De ce roman dense et profondément humaniste, on retiendra la manière très douce et sincère d'aborder plusieurs thématiques sensibles telles que la filiation, le deuil, l'adoption et l'amour. Un récit brillant sur les petites et grandes choses de la vie.

Présentation par l'éditeur

Sal mène une vie paisible et sans histoires, dans une famille moitié mexicaine, moitié américaine. Mais tout bascule le jour de sa rentrée en terminale. Pour défendre l’honneur de son père adoptif, il sort les poings et frappe. Surprise, colère, satisfaction, culpabilité se bousculent dans la tête du jeune homme, qui se met à douter de tout, même de sa propre identité. Alors, avec l’aide de Sam,