Aller au contenu principal

Les optimistes meurent en premier

Sélection des rédacteurs
Valérie le Plouhinec
Roman
à partir de 14 ans
: 9782330079406
14.90
euros

L'avis de Ricochet

Suite à un drame familial, Pétula croule sous le poids de ses phobies : prudence et hygiène extrêmes sont désormais les béquilles de ses journées. Au lycée, elle fait partie d'un groupe de jeunes en difficulté psychologique. Elle y rencontre Jacob, grand gaillard avec un bras artificiel, victime d'un accident de la route. Peu à peu , il va pousser Pétula dans ses retranchements et l'obliger à s'ouvrir aux autres. Mais Jacob a-t-il tout dit de lui à ses amis ?

Raconté d'un ton alerte par Pétula elle-même, le roman devient tragi-comique. La jeune fille nous raconte avec beaucoup de sérieux les multiples précautions qu'elle prend tout en ayant plus ou moins conscience de leur caractère excessif. Mais bientôt, elle nous expliquera d'où vient ce luxe préventif, et le lecteur ne sourira plus… La relation amicale puis amoureuse avec Jacob est vécue tout en subtilité, et c'est insensiblement que nous voyons évoluer Pétula vers plus de légèreté.

Cela pourrait suffire à faire un bon roman, mais l'auteure va plus loin en réservant la dernière partie à Jacob, aussi doué pour aider les autres que pour dénier ses problèmes. Tout cela finira plutôt bien, entre des paragraphes sur une tribu de chats heureux à adopter et d'autres sur des loisirs créatifs jusqu'au bout de la laine de chaussette. Un roman solidement écrit qui ne tire jamais sur la ficelle du mélo.

« Pourquoi avais-je baissé la garde ? Pourquoi avais-je été si naïve ? […] L'optimisme m'avait discrètement approchée par-derrière pour me mordre les fesses. » (p. 156)

Présentation par l'éditeur

Depuis la mort accidentelle de sa petite sœur, Pétula De Wilde a développé de nombreuses phobies. Elle estime que porter une grande attention à l’hygiène et être le plus prudente possible lui permettront de vivre plus longtemps. Jusqu’à ce que « l'Homme bionique » fasse son apparition...