Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Les mots pour combattre le sexisme

Documentaire
à partir de 11 ans
Réédition
: 9782748526363
12.00
euros

L'avis de Ricochet

Abécédaire de la lutte pour l'égalité entre femmes et hommes, cet ouvrage est une réédition du titre paru en 2014. L'actualisation tient dans l'ajout des termes «#Metoo » et « Racisées », ainsi que, plus intéressant, du verbe « combattre » qui remplace « parler » dans le titre.

La plupart des entrées explicitent un phénomène (Domination masculine), un domaine (Manuels scolaires), et parfois présentent une personnalité connue pour son engagement en faveur du droit des femmes (Olympe de Gouges ou Angela Davis). Chaque article est augmenté d'une petite liste de références, livres, films, parfois blogs ou sites ; des renvois vers d'autres entrées dans l'ouvrage facilitent le feuilletage. Un index des thèmes permet de vérifier rapidement si le terme recherché est traité.

C'est indubitablement un ouvrage indispensable dans tous les rayons des bibliothèques sur le sujet, même si aujourd'hui, l'édition pour la jeunesse en France propose de très nombreux titres pour chaque âge de lecteurs. Les entrées sont très variées et parfois très intéressantes pour la discussion comme l'article sur les crèches, ou celui sur les manuels scolaires. Sa lecture pourra être complétée de diverses manières, par d'autres monographies, des bandes dessinées comme l'excellente Ligue des super féministes de Mirion Malle, des romans, nombreux en édition jeunesse, et par des films documentaires et de fiction, beaucoup moins nombreux cependant en direction du public de collégiens auquel, par son style et son niveau d'information, ce livre est plutôt destiné.

Car il peut être offert ou proposé à la lecture individuelle, mais peut surtout étayer les débats nécessaires en famille ou au collège. C'est un outil d'argumentation, qui permet d'acquérir (ou développer) rapidement des connaissances, avec de nombreux exemples à l'appui : un parfait objet éducatif.

On peut donc regretter que les références s'adressent essentiellement à un public de grands ados ou d'adultes et qu'elles ne comprennent pas de fictions littéraires : c'est sous-estimer la créativité des auteur(e)s, et des maisons d'édition, et empêcher le jeune ado de poursuivre son enquête, son auto-documentation sur les sujets abordés.

Le choix des entrées « Personnalités » est également discutable : si Olympe de Gouges ou Angela Davis sont bien à leur place, quid des femmes africaines, chinoises, indiennes ? Quid des femmes contemporaines et jeunes comme Malala Yousafasai ou Yusra Mardini ? Aucun homme non plus qui défendrait les femmes ou l'égalité des sexes ? Le choix est toujours difficile, mais celui-ci est un peu trop convenu.

D'autres choix interrogent : « Blonde » aurait peut-être été plus à sa place avec les stéréotypes, ou le genre, ou même les insultes, quant à « Zizi-zézette », il va sans dire qu'il s'agit carrément d'une erreur de casting : le postulat de départ n'est-il pas éducatif ? Pourquoi ne pas nommer les choses par leur nom ? Ce dernier article rate sa cible, la volonté de terminer sur une note humoristique aurait pu, comme dans d'autres entrées, être basée sur la déconstruction. Ici, on perpétue l'étrange coutume de rebaptiser à l'envi ces parties du corps qu'on cache ou qu'on glorifie selon bien sûr la moitié du monde (humain) que l'on représente… C'est que peut-être l'expression de l'opinion des auteurs de l'ouvrage est privilégiée à son contenu informatif, ou scientifique. Il est à souhaiter que les lecteur(trice)s puissent en prendre conscience.

Mais pour autant, il ne faudra pas se priver de lire et de proposer ce petit memento utile et facile d'accès, plaisant à regarder, et à manipuler : à s'échanger le plus possible.

Ainsi l'égalité des sexes continuera-t-elle de faire son chemin dans la conscience sociale.

Présentation par l'éditeur

Un outil intergénérationnel, véritable remue-méninges, à mettre d’urgence entre toutes les mains.

Le sexisme est plus que jamais d’actualité. L’affaire Weinstein l’a montré : si notre société a évolué, l’égalité entre les hommes et les femmes, entre les filles et les garçons, est loin d’être atteinte. Nous sommes encore prisonniers de nos clichés, de nos stéréotypes sexistes. Ils peuvent avoir de