Aller au contenu principal

L'enfant de Guernica

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 13 ans
Réédition
: 9791021401105
9.95
euros

L'avis de Ricochet

Guernica, 26 avril 1937. La vie du jeune Emilio bascule lorsque, par un jour de marché, il se retrouve au cœur d’un spectacle terrifiant de bombes incendiaires. La ville entière est détruite. Tous les membres de sa famille périssent, tandis que lui seul parvient à échapper aux flammes. L’enfant est recueilli par un couple de fermiers bienveillants.
Madrid, époque contemporaine. Un changement total de perspective s’opère avec l’apparition d’une narratrice qui raconte son histoire à la première personne : Isaura. La jeune étudiante en archéologie est amenée à se confronter dans sa vie quotidienne au douloureux passé de l’Espagne franquiste. Dans le cadre de l’Association pour la réhabilitation de la mémoire historique, elle se rend de manière bénévole sur des sites archéologiques afin d’aider à l’exhumation de victimes de la dictature. Parallèlement, elle procède à une sorte de fouille archéologique du passé de son père, enveloppé depuis toujours dans une nappe de mystère. Victor, son compagnon, s’attelle quant à lui à mettre en scène une pièce de théâtre sur le bombardement de Guernica. Isaura et Victor parviendront-ils à favoriser un dialogue entre le passé et le présent ? La communication intergénérationnelle permettra-t-elle une approche plus sereine du futur ?

Guy Jimenes propose une voie privilégiée pour la remémoration : l’art. Comme le démontrent les « Notes de Victor », les tractations autour du Guernica de Picasso fournissent un exemple fascinant de discorde ancienne renaissant de ses cendres : suite à son exhibition lors de l’Exposition universelle de Paris (1937), plusieurs institutions espagnoles s’arrachent le chef-d’œuvre. De « quelle Espagne » est-il le patrimoine ? Dans le sillage de grands artistes qui s’appliquèrent jadis à dénoncer les souffrances du peuple espagnol, la voix individuelle de Guy Jimenes contribue à rompre le silence.

L’enfant de Guernica est une invitation à se questionner sur les crimes survenus durant la période franquiste : comment peut-on et doit-on gérer ce passé de l’Espagne qui, pour reprendre les termes d’Isaura, « resurgit et nous saute à la gueule » ? Ce passé qui, malgré la transition démocratique espagnole, a entraîné une amnésie – forcée mais aussi en partie volontaire – de dizaines d’années ? Ce passé qui ne demande peut-être qu’à être bousculé par des jeunes gens comme Isaura et Victor ?

Le ou la jeune lecteur·trice francophone, confronté·e à un événement historique potentiellement peu connu de sa part, est accompagné·e dans son cheminement par un remarquable travail de documentation (dossier de descriptions des faits historiques, bibliographie commentée, notes de bas de page expliquant des expressions espagnoles). Cependant, l’œuvre de Guy Jimenes l’invite aussi à transférer les questionnements des deux jeunes à sa situation personnelle et à procéder à un travail archéologique semblable sur le passé de son propre pays et de sa propre famille. Qu’il ou elle se laisse entraîner par Isaura et Victor ! – eux qui ont compris que l’art est une façon de bâtir une « re-connaissance » du passé, tantôt violente, tantôt sublime, mais souvent réconciliatrice.

Camille Schaer

Présentation par l'éditeur

26 avril 1937. La ville de Guernica est bombardée par les franquistes. Ce jour-là, le jeune Émilio se trouve sur le marché avec toute sa famille. Malheureusement, il est le seul survivant... Des années après, sa fille Isaura, jeune étudiante en archéologie, participe à des fouilles et doit exhumer les corps des victimes du régime de Franco entassés dans une fosse commune... Ce roman est avant tout