Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Le théorème des Katherine

Sélection des rédacteurs
Catherine Gibert
Roman
à partir de 14 ans
: 9782092537091
14.50
euros

L'avis de Ricochet

Surdoué pas sûr de lui, Colin est aussi un amoureux acharné. Il ne s'entiche que de filles prénommées Katherine, et il vient juste de rompre avec la... dix-neuvième ! Ce sont heureusement les vacances, et son copain Hassan, décidé à lui changer les idées, l'emmène pour un voyage en voiture, sans but précis. Ils parviennent finalement à Gutshot, dans le Tennessee, où l'archiduc François-Ferdinand serait enterré. Ils y rencontrent Lindsey, fille d'une propriétaire d'usine de cordons de tampons hygiéniques. Contre des interviews d'habitants de Gutshot destinées à composer la mémoire de la petite ville, ils vont être nourris et logés. L'occasion rêvée pour Colin d'enfin mettre au point un théorème qui prendrait en compte tous les paramètres amoureux possibles, afin de prédire les ruptures...
Complètement loufoque en apparence, le roman traite de problématiques adolescentes tout à fait sérieuses : avoir confiance en soi pour oser être naturel, trouver des points de repère afin de se construire... Il est assez rare de voir des personnages masculins exprimer leurs sentiments de façon aussi sensible : cette histoire désespérée de théorème fait certes rire, mais rend aussi Colin sympathique, touchant derrière l'aspect du petit génie qui aimerait tout contrôler. Mais l'intrigue ne tourne pas uniquement autour de lui, et développe les affects de Hassan – merveilleux ami de Colin, faire-valoir qui se rebelle gentiment -, de Lindsey moins bête qu'elle ne veut bien laisser le croire, et même ceux de la mère de la jeune fille, des ados du coin qui tous ont des failles à soigner. Au fin fond de la cambrousse, un petit monde, reflet du grand, se compose et cherche sa voie, son bonheur en agissant les uns envers les autres. Il faut lire la postface, écrite par un mathématicien ami de John Green, pour avoir un aperçu de la complexité de l'imaginaire de l'auteur. Toujours surprenant, jamais décevant de livre en livre, il atteint ici une sorte d'apothéose du comique pas bête, ou du psychologique amusant : à découvrir !

Présentation par l'éditeur


Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux. Dix-neuf fois la fille
s'appelait Katherine. Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et
surtout pas Catherine, mais Katherine. Et dix-neuf fois, il s'est
fait larguer.