Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Le secret de Zara

Sélection des rédacteurs
Bande dessinée
à partir de 6 ans
: 9782756074085
13.50
euros

L'avis de Ricochet

Attention, bijou !

Voici un album que l'on n'oubliera pas de sitôt. Il rassemble deux poètes des mots et des images, ou devrait-on dire du verbe et des couleurs ? Fred Bernard et Benjamin Flao. Tous les ingrédients sont réunis dans cette jolie histoire de famille pour charmer le lecteur et le convaincre que l'enfance est décidément l'âge de tous les possibles.

Zara, une toute petite fille, est chérie par des parents un peu bohèmes et très amoureux, marchands de couleurs comme on disait autrefois. Ils l'entraînent à la découverte du monde, de la nature, des oiseaux et l'encouragent à s'exprimer par la peinture et le dessin. Le ton choisi par le narrateur est celui de la tendre confidence, du conte d'aujourd'hui. Les dialogues sont très naturels, les encarts narratifs s'insèrent calmement sans précipitation. Car il faut tempérer la passion qui habite l'expression graphique de Benjamin Flao. Prise dans le tourbillon de sa créativité, l'enfant se laisse souvent emporter et avec elle, Flao laisse déborder la couleur ; il laisse la main de l'enfant envahir la page et le décor, de ses histoires dessinées. Le rouge, le jaune, le bleu, le vert explosent, tout à la fois adoucis par le fond ocre et soulignés par la bordure contrastée de chaque figure. Le lecteur assiste en direct à la maîtrise de son sujet par le graphiste ! Sur la couverture de l'album, le personnage de la fillette se détache, dans une posture figée, raide de détermination, le regard noir et concentré, le pinceau prêt à l'action. L'artiste alterne illustrations pleine page pour marquer les temps forts, avec un découpage plus régulier des cases pour laisser le récit progresser : son cadrage accompagne l'aventure ; sa diversité, sa variabilité sont suggestives, merveilleuses dans les pages du rêve (ou cauchemar) de Zara, alors que le récit se précipite, devient haché, minimaliste jusqu'à la seule formulation du long cri de l'enfant.

La frénésie créatrice de Zara suscite parfois des dérapages incontrôlés et gênants pour ses parents, et leurs mésaventures prêtent à rire. Après un énième déraillement, le père, un personnage flegmatique aux airs de Gaston Lagaffe, dépassé, pose un interdit : Zara devra atteindre un âge de raison, discipliner sa pratique et son enthousiasme avant de pouvoir manier de nouveau le pinceau. Magnanime, il l'autorise à utiliser crayons et feutres.

À ce moment de l'histoire, on s'attend à une révolution. Or l'enfant se tient coite, et décide d'un plan : elle mettra à profit cette période de chômage technique pour approfondir son observation du monde, et centimètre par centimètre, attendra de pouvoir atteindre l'étagère de la peinture pour prouver à ses parents qu'un génie incompris n'en reste pas moins génial. Et le lecteur assiste en direct à l'accomplissement de son projet extraordinaire.

Lire cet album, pour soi-même ou pour un public, est un moment magique toujours renouvelé. L'intérêt ne se relâche jamais, les deux auteurs nous tiennent en haleine, jusqu'à la chute, à la hauteur de l'épopée créatrice qui se déploie sous nos yeux éblouis.

Présentation par l'éditeur

Ce qui pourrait apparaître d’abord comme une bêtise peut se révéler comme l’expression d’un véritable talent. C’est ce que les parents de Zara vont bien devoir admettre… pour leur plus grande fierté !

Les parents de Zara possèdent un magasin pour artistes. C’est là qu’elle découvre sa passion pour la peinture. Mais rien n’arrête sa fougue créatrice et ses dessins se poursuivent immanquablement au