Aller au contenu principal

Le rêveur

Pascale Houssin
Roman
à partir de 9 ans
: 9782747038379
15.90
euros

L'avis de Ricochet

Le rêveur raconte la naissance d’un poète, Pablo Neruda, prix Nobel de littérature.

Neftali Reyes est le fils de José, le petit frère de Rodolfo et le grand frère de Laurita. Sa belle-mère bienveillante Mamadre compense l’absence de sa mère décédée deux mois après la naissance de Neftali. Son père est un responsable des chemins de fer et fier de sa progression sociale. Il rêve pour ses enfants de carrières importantes : ingénieur, médecin. Pas de place pour les qualités de chanteur de Rodolfo, pas de place pour les apprentissages tranquilles de la natation même pour la petite Laurita.

Au regard de son père, Neftali est insuffisant en tout, trop malingre, trop rêveur, pas assez bon en math, trop étourdi… Pourtant, tout intéresse le garçon : une plume, un caillou, le souffle du vent et surtout les mots qu’il collectionne et enferme dans un tiroir. La seule solution pour être lui-même est de changer d’identité et on apprend comment naît le pseudonyme de Pablo Neruda.

Dans ce récit d’enfance, issu d’anecdotes publiées par le poète, on trouve en gestation toute la grandeur de l’auteur, son universalisme, son lyrisme. Quelques poèmes à la fin du « roman » font écho à la vie racontée avec force et persuasion par Pam Munoz Ryan. L’illustration de Peter Sis est en correspondance avec l’univers de l’enfant, en pointillés nuageux entre réel et imaginaire. La qualité de l’édition, le papier et la mise en page composent un beau livre, écrin des trésors du poète. Qu’on le lise comme le récit d’un enfant mal aimé ou comme une biographie documentaire, le lecteur peut être sensible à cette vie mal partie, ce jeune héros qui trouve sa voie en lui-même, hors des chemins dessinés par sa famille. Une œuvre libératrice.

Présentation par l'éditeur


Neftali, treize ans, malingre, vit dans une petite ville au Chili. Cet enfant timide au point de bégayer, est un amoureux des mots qu’il griffonne sur des papiers et conserve religieusement dans un tiroir. Il s’invente des mondes oniriques, grâce à son imagination débordante. Tout ce qu’il voit et entend est prétexte à la rêverie. Il collectionne les moindres petits objets trouvés dans la nature