Aller au contenu principal

Le piano rouge

Album
à partir de 8 ans
: 9782732039213
18.00
euros

L'avis de Ricochet

Derrière la fiction, une histoire vraie dans la Chine de Mao. « Le Piano rouge » évoque les camps de rééducation qui accueillirent nombre d’intellectuels et d’élites chinois. Les enfants ne furent pas épargnés. C’est ainsi qu’une jeune pianiste se retrouve dans « le camp de Zhangjiake 46-19, à la frontière de la Mongolie intérieure ». L’auteur, André Leblanc, est précis. Son histoire est ancrée dans la réalité. Elle s’appuie sur celle de Xiao-Mei, jeune pianiste victime de la politique de « rééducation » menée durant les années 1960 à 1976, à l’égard des artistes et opposants au régime du grand Timonier. André Leblanc nous raconte l’isolement, le froid, l’amour fou de la jeune fille pour la musique. Une passion entraînant audaces et imprudence. Bravant les interdictions, Xiao-Mei parvient à faire entrer un piano dans le camp. Elle va jouer et s’entraîner jusqu’au jour où l’inévitable se produit : le chef de camp découvre les faits. L’auteur n’enjolive pas la situation, parle des dures journées de travail imposées aux Chinois exilés, invités à « réapprendre à vivre : planter du riz, ramasser des légumes, cueillir les fruits, couper le bois. S’instruire par le travail et l’autocritique. » Un album qui montre bien que la littérature de jeunesse peut parler de tout. Qu’il n’y a pas de sujets tabous. L’album arrive à être assez léger et délicat malgré la gravité du propos. Les illustrations en noir et rouge de Barroux sont très sombres (avec des personnages accablés, la tête baissée, les épaules voûtées). Mais il y a de l’espoir, de la solidarité et une petite lumière au bout du chemin qui semble continuer au-delà du livre.