Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Le mystère de la rue noire

Roman
à partir de 12 ans
: 9791021403307
14.95
euros

L'avis de Ricochet

1919, Bretagne. Jean, Narcisse et Michel sont trois pensionnaires du petit séminaire. Destinés à la prêtrise, les garçons n'en sont pas moins des adolescents comme les autres, curieux, avides de liberté. Lors d'une promenade, ils aperçoivent une silhouette dans une maison abandonnée. C'est suffisant pour convaincre Jean et Narcisse de fuguer de nuit afin de lever le mystère. Ils découvrent... un cadavre. Obligés de donner l'alerte, les garçons sont punis mais surtout dépossédés d'une enquête qui tourne court pour la police. Pugnace, Jean va lentement remonter la piste du crime.

Avec un petit côté Les disparus de Saint-Agil (Pierre Véry, 1935) ou encore Boileau-Narcejac, c'est le genre de roman que l'on n'écrit plus, et qui prend une part de sa qualité de ce fait même. En 1919, les héros, suivis par un narrateur omniscient, ne disposent ni d'Internet ni de téléphone, et leur enquête prend des mois, au fil des journaux épluchés et des retours chez les parents. Nous découvrons un monde de discipline et d'obéissance, de menues bêtises et de récompenses infimes qui rendaient heureux. Par ailleurs, l'auteur rend parfaitement compte de l'atmosphère en demi-teinte d'après-guerre, et aborde finement les thèmes de l'antisémitisme, du nationalisme, du communisme... L'intrigue en deviendrait presque anecdotique tant le contexte donné à lire est riche. Un roman policier bien écrit, bien mené, et très original de par son choix d'austérité.

Présentation par l'éditeur

Bretagne, 1919, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Lors d’une promenade, Jean, Narcisse et Michel, trois collégiens du petit séminaire, aperçoivent une silhouette à la fenêtre d’une maison que tout le monde sait abandonnée. Décidant de faire le mur pour découvrir ce qu’il se trame, Jean et Narcisse tombent à leur grande frayeur sur un homme mort. Cependant, le cadavre disparaît et on ne