Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Le libraire de Cologne

Roman
à partir de 14 ans
277 pages
: 9782367407685
16.90
euros

L'avis de Ricochet

C’est tout le problème des récits à vocation de témoignages : comment faire pour rester fidèle à la réalité et permettre au lecteur de plonger tête baissée dans la délicieuse fiction qui lui fera oublier le temps, comme Hans le héros de cette belle histoire ?

Hans est un jeune homme qu’un accident a rendu handicapé et qui s’est réfugié dans la lecture pour vivre intensément à sa façon. Il est embauché dans une grande librairie à Cologne dans les années 30. Mais le libraire, Alexander Mendel, son mentor, et sa famille sont frappés par les mesures anti-juives du gouvernement dirigé par Hitler. Il choisit de s’exiler en France en laissant la librairie aux bons soins du jeune Hans. Au-delà de toutes les vicissitudes, de toutes les tragédies, le combat de Hans contre le nazisme va passer par son engagement sans faille pour la sauvegarde de la librairie Mendel : de ce que représentent le livre et la culture dans une société ravagée par l’ignorance, la sauvagerie et la cruauté. Autant dire de sacrés enjeux pour Catherine Ganz-Muller qui publie ce titre dans une collection pour adolescents.

Les personnages sont bien campés, contextualisés, leurs relations exposées, y compris l’évolution de ces relations. Toute la typologie (ou presque) des acteurs de cette période historique du moins en Allemagne est représentée, ou citée.

Chaque épisode est ancré dans une datation précise qui suit le cours des événements comme une sorte de sinistre almanach du nazisme et de la Seconde Guerre mondiale. Les événements, les exactions nazies, la censure de l’art désigné comme « dégénéré », la purge des librairies et des bibliothèques et les grands autodafés, ainsi que les difficultés de la vie quotidienne pendant la guerre, la résistance en Allemagne même, l’arrestation des homosexuels, les lenteurs administratives en France, les camps d’internement : tout est abordé, plus ou moins détaillé, avec sensibilité.

Mais cette progression (trop ?) affichée de la chronologie incite le lecteur à s’interrompre sans cesse s’il a compris le rôle de cette datation, pour vérifier le contexte historique et faire les liens. S’il ne s’y arrête pas, il souffre de l’interruption systématique de l’épisode, de l’absence de développement, de ce découpage trop apparent qui le fait avancer parfois entre des dates éloignées d’une année complète. Que s’est-il passé entretemps ? Comment notre héros a-t-il vécu ? Quid du sentiment amoureux naissant et piétiné sur un quai de gare ? L’auteure s’en tient à son fil événementiel au détriment de la réussite de sa fiction. Est-ce parce que le sujet la touche de très près ? Possible, mais comme je le remarquais au début de cette chronique, il arrive que l’auteur.e soit en peine pour susciter l’élan qui emporte le lecteur à la découverte d’une aventure palpitante, qui va l’émouvoir, le captiver, le laisser haletant au détour d’un chapitre. Du coup, même si la lutte acharnée, désespérée de Hans pour sauver les livres est très émouvante, je suis restée sur ma faim… de romanesque.

Présentation par l'éditeur

Quand l’amour des livres est plus fort que la haine…


Cologne, Allemagne. 1934. Poussé à l’exil par les lois anti-juives, le libraire Alexander Mendel est obligé de s’exiler en France avec sa famille. Il confie sa librairie à son jeune employé, Hans Schreiber. Par fidélité à son mentor et par haine du régime nazi, Hans décide de se battre, malgré les menaces et les bombes, pour que la librairie

Du même auteur

Girls' Stories

Roman
à partir de 10 ans

Grand-père et son secret

Roman