Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Le goût de la tomate

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 9 ans
: 9782364740211
5.00
euros

L'avis de Ricochet

Marius et Clovis, son fiston, sont soumis aux règles aberrantes d’un état tyrannique : chez eux, les autorités détiennent le monopole de la vente de fruits, de légumes, mais contrôlent aussi toute l’alimentation. Si cultiver un potager est interdit aux citoyens, élever des poules s’avère une insulte au pouvoir digne d’arrestation. La mère de Clovis – absente du récit – semble d’ailleurs en avoir fait les frais.

La dystopie mise en scène par Christophe Léon est saisissante et si probable ou proche de certaines réalités actuelles que le lecteur en frémit d’inquiétude. Son texte délibérément flou – on ne situe ni l’époque, ni le cadre géographique, pas plus que le nom du gouvernement en place – donne une portée universelle au message de l’auteur : résistons au diktat des multinationales de l’agroalimentaire pour revenir aux petites productions respectueuses de la biodiversité ! Luttons également contre les contrôles abusifs de l’Etat et contre ses déviances totalitaires.

Dictée par la révolte qu’ils éprouvent, l’action de résistance de Marius et de son fiston les mène à cultiver clandestinement un plant de tomates. Et lorsque qu’un fruit est arrosé par tant de détermination, son jus aura une saveur unique : celle de la liberté !

Un texte court qui en dit pourtant long : c’est toute la force du récit de Christophe Léon qui se déguste comme le produit frais d’un jardin gorgé de soleil.

Présentation par l'éditeur


A cette époque-là, tout le monde mange pareil, les jardins ont disparu, il est même interdit de cultiver, de cueillir, de récolter. Marius et son fils Clovis font pousser en grand secret et à l’abri des regards, un plant de tomates, pourqu’une fois au moins, Clovis goûte un produit frais. Cette tomate-là a un goût de liberté.