Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Le génie du pousse-pousse

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 8 ans
10.90
euros

L'avis de Ricochet

A la manière d'un conte philosophique, Jean-Côme Noguès nous fait partager l'aventure de Chen, jeune tireur de pousse-pousse en Chine. Un jour, Chen découvre l'existence d'une riche propriété, cachée à l'abri d'un splendide jardin. Fort de cette découverte, Chen ne perçoit plus son existence comme bienheureuse. Il se prend à rêver de devenir riche pour s'offrir toutes les nourritures et les richesses entrevues.

L'occasion lui semble être offerte lorsqu'un jeune homme riche lui demande de l'emmener au port. Mais, cette course va se terminer tragiquement. Comme s'il avait deviné les plus vils pensées de Chen, le pousse-pousse va terminer sa course au fond de l'eau, mû par une force surnaturelle.

Etonné et peiné, Chen ne retrouve plus son mystérieux passager. Rapidement, le jeune tireur oublie ses aspirations de richesse et retrouve son travail quotidien. Mais une autre course l'attend, lorsqu'un homme énorme souhaite se rendre en haut de la colline. N'écoutant que son courage, et sa volonté d'offrir un cormoran à son meilleur ami comme gage d'amitié, Chen gravit la colline avec abnégation. A sommet, Chen découvre alors le jeune homme de la première course.
Celui-ci lui révèle qu'il est un génie, capable de percer à jour les bonnes et les mauvaises pensées. Chen se voit offrir une pièce d'or pour réaliser sa bonne action.

Ce conte n'est pas dénué de charme, même si on peut reprocher le côté moralisateur de la fin de l'histoire, s'enrichir au profit des autres porte malheur. L'amitié reste nécessaire, comme gage de bonheur dans la vie.

Mais ce grand album est aussi remarquable par ses illustrations pleine page (dont on peine à découvrir la technique...), mêlant estampes japonaises, finesse, transparence du papier et détails des portraits. Anne Romby a apporté, tant dans les cadrages que dans la sensibilité des images, tout le mystère de l'Asie. Une mise en scène soignée et délicate, pour un bel album à partager.

E.A.

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 06/17/2008 11:52

Le papier de cet album est différent des autres livres, très épais et granuleux, avec quelque chose qui ressemble à de la soie. Les pages ne sont pas marquées comme chez nous par des chiffres mais par des mots, des idéogrammes chinois, qui accompagnent les illustrations.

le 06/17/2008 11:51

J’ai aimé l’amitié, la magie, l’amour et les lettres chinoises en haut et en bas de chaque page, dont on se demande à quoi ça correspond, et qu’on peut apprendre grâce au lexique.
Certaines images sont drôles comme les têtes ou masques bizarres. Certaines sont inspirées par l’ombre ou les plantes. D’autres forment un cœur. Le génie porte le symbole des pivoines. Quand Chen tire le pousse-pousse, il y a toujours un petit nain.
On ne sait pas ce qui arrive aux passagers : cela crée du suspense.
On remarque une espèce d’encadrement rond de la porte car à la fin le génie s’envole dans le trou de la serrure !

le 06/17/2008 11:51

Chen passe ses journées à conduire un pousse-pousse pour gagner de l’argent. Il décide d’acheter un cormoran pour son ami Wang et passe des journées entières à travailler. Un jour il tombe à l’eau en prenant un vieil homme…
A chaque page il y a des signes chinois qui sont regroupés au début comme petit lexique. Sur les dernières pages de garde il y a l’illustration des moustaches du vieil homme. C’est un conte de sagesse, merveilleux.

le 05/13/2008 17:37

J'ai aimé l'amitié, la magie ,l'amour et la lettre chinoise en haut et en bas de chaque pages,dont on se demande à quoi ça correspond,et qu'on peut apprendre grâce au lexique. Certaines images sont drôles comme les têtes ou masques bizarres. Certaines sont inspirés par l'ombre ou les plantes.
D'autres forment un coeur. Le génie porte le symbole des pivoines.Quand Chen tire le pousse-pousse,il y a toujours un petit nain On ne sait pas ce qui arrive aux passagers:cela crée du suspence.On remarque une espèce d'encadrement rond de la porte car à la fin le génie s'envole dans le trou de la serrure !

le 02/16/2007 18:01

je l'ai beaucoup aimé c'est dommage qu'il n'y ait pas beaucoup de pages

Avant tout c'est un beau livre, les illustrations, les symboles nous invitent à un voyage magnifique en Asie. Ce conte offre également la possibilité de réfléchir sur les buts des quêtes de Chen, tout cela dans un univers très poétique.

Les dessins sont amusants surtout celui avec un homme qui a un poisson à la place de la tête. J’ai aimé cet album car je me demandais où était passé le jeune homme, et aussi à cause de l’action.

Les illustrations sont très originales parce qu’elles sont faites avec des feuilles. L’illustratrice a représenté des formes comme un vase, une tête, une serrure, que l’on devine ou imagine. Le papier est épais, d’une matière particulière.
<br>Ce conte est plein de générosité et de courage. Chen est généreux.

Dans ce livre, la métamorphose est essentielle et constitue son charme. Chen est courageux. J’ai aimé l’action et le suspense aussi.

C’est un conte très exotique qui nous fait découvrir l’Asie : il n’y a pas plus beau que l’Asie. Je le conseille pour cette raison et aussi à ceux qui adorent la sagesse.

Tout au long de cette histoire on retrouve la forme de la serrure comme sur la première de couverture, dont les couleurs principales sont le beige et le rouge. Il y a des détails qu’on ne voit pas dès la première lecture. Quand Chen tombe à l’eau, l’illustration est pleine de poissons et toute bleue. Les illustrations donnent envie de lire. Ce livre nous parle d’amitié, de magie. Sa fin est surprenante, imprévisible. Les phrases sont aussi belles les unes que les autres.

« Dans le pousse pousse, à la place, se trouvait le jeune homme du matin, souriant avec sa natte brillante et sa robe couleur de soleil. Il tendit à Chen une grosse pièce d’or et dit, sans cesser de sourire : Ne t’étonne pas. Tu m’as vu jeune homme et puis mandarin. Tu me verras oiseau, peut-être, ou rayon de lune… ou bâtonnet d’encens. »
<br>C’est le passage que j’ai préféré dans cet album où les couleurs sortent bien même quand elles sont pâles. L’histoire est pleine de bonheur sauf quand l’oiseau de l’ami du petit tireur de pousse-pousse meurt mais il va être vite fait content. Ce livre m’a fait rêver de la Chine. J’ai remarqué des personnages drôles sur les illustrations. La morale est que ce n’est pas toujours l’apparence qui compte.

Les dessins sont très délicats, précis, somptueux. Sur certains, on a l’impression que des feuilles ont été collées. J’ai aussi aimé les signes (idéogrammes) chinois qui nous donnent un indice sur chacune des pages. L’histoire est un conte où on nous dit que si on désire ce qu’on a pas, on sera toujours malheureux. Heureusement Chen, grâce au génie, comprend ce message et va aider son ami Wang et retrouver ainsi la paix intérieure.

Un petit tireur de pousse-pousse, Chen, a un vieil ami Wang, qui pêche au cormoran. Quand celui-ci meurt, il n’a pas assez d’argent pour en acheter un autre. Wang va donc essayer de l’aider. Cependant il va se passer des choses bizarres. Les illustrations de ce livre très intéressant nous font vraiment découvrir des merveilles et les particularités de la vie en Chine. La moralité et la beauté de ce livre m’ont enchantée. Il ne faut pas sacrifier l’amitié pour de l’argent. La joie du cœur est plus importante.

Du même auteur

Une amitié difficile

Roman
à partir de 7 ans

Au bout des longues neiges

Roman
à partir de 11 ans
Avis de lecture

Du même illustrateur

La nuit du Prince-Grenouille

Album
à partir de 7 ans

La princesse sans nom

Conte
à partir de 7 ans