Aller au contenu principal

Le garçon qui parlait avec les mains

Primo
Roman
à partir de 8 ans
: 9782874262661
11.50
euros

L'avis de Ricochet

Depuis son plus jeune âge, Victoria a été élevée aux concerts improvisés de flamenco donnés par ses parents dans leur jardin : exhortée par les fous-rires de la petite fille, la robe rouge à pois et à volants arborée fièrement par sa mère virevolte au rythme des trois accords de guitare de son père !

Aussi l’arrivée de Manolo dans la classe n’a pu que réjouir Victoria, laquelle tombe immédiatement amoureuse des grands yeux bleus de ce garçon d’origine espagnole. Or malgré l’accueil chaleureux de Victoria, Manolo ne fait pas l’unanimité dans l’école. Le fait qu’il soit sourd suscite bien des inquiétudes, des moqueries et des rejets de la part de ses camarades, mais également de certains parents d’élèves, lesquels pensent que l’inclusion d’un enfant « handicapé » dans la classe freinera l’apprentissage de leurs enfants. C’est pour se battre contre ces réactions discriminantes que Victoria et Manolo décident de réaliser un exposé et une expérience en lien avec la surdité qui, ce qu’espèrent en tous les cas les deux enfants, changeront le regard des gens sur Manolo !

C’est un joli roman que signe ici Sandrine Beau. L’auteure réussit en effet à transmettre à son jeune lectorat, de manière faussement légère, un message pourtant fort, celui de l’acceptation de la différence ! En concentrant son intrigue autour d’une belle amitié entre les deux jeunes protagonistes de cette histoire, elle traite en périphérie de multiples thématiques auxquelles sont confrontées adultes et enfants aujourd’hui en rapport avec l’accueil et l’insertion d’enfants « différents » (adjectif que l’on préfère à celui d’ « handicapés » si stigmatisant) dans le système éducatif.

Les illustrations de Gwenaëlle Doumont apportent fraîcheur et humour à ce texte qui provoquera réflexion et sera source de débats entre adultes et enfants.

Présentation par l'éditeur


Un nouvel élève est arrivé dans la classe de Victoria ce matin. Surprise : il est espagnol ! Autre surprise : il ne parle pas car il est sourd. Enfin si, il parle, mais la langue des signes. II s’appelle Manolo et a de très beaux yeux. Victoria n’a qu’une envie : faire sa connaissance. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. La Grande Zaza et sa bande de chipies ont fait de Manolo la nouvelle