Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

L'arrêt du cœur ou comment Simon découvrit l'amour dans une cuisine

Roman
à partir de 11 ans
103 pages
: 9782352894148
11.00
euros

L'avis de Ricochet

Simon, dix ans, est resté très proche de sa nourrice, Simone, qui habite le même immeuble que lui. Mais la vieille dame décède brutalement d’un arrêt cardiaque. Extrêmement peiné par ce premier deuil, Simon se débrouille pour récupérer dans l’appartement une théière remplie de vœux sous la forme de petits papiers, accumulés au fil des années. Il découvre que Simone a écrit des vœux exclusivement centrés sur un certain Farid, résidant en Algérie, qu’elle aimait follement. Qui est Farid ? Simon enquête, et surmonte peu à peu sa peine en faisant revivre son amie.

Très sage, le récit de Simon est celui d’un petit garçon étonnamment mature, réfléchi. Le garçonnet est capable de réfléchir à sa relation avec Simone, d’exprimer précisément ses émotions dans de longs monologues. Les parents, peu présents dans le roman même si inquiets, seraient presque moins sensibles que leur fils ! Si le roman se lit très bien et offre des points de vue pertinents sur la disparition, le deuil, les souvenirs, ce hiatus entre l’âge du héros et son comportement, son beau vocabulaire, m’a un peu gênée au fil des pages. Mais les illustrations enthousiasmantes d’Anaïs Brunet emportent la lecture : loin d’illustrer, elles interprètent, offrent une profondeur et des points de vue à l’intrigue. En couleurs franches et silhouettes paradoxalement à la fois abstraites et fines, elles visualisent littéralement les pensées du héros, comme si nous pénétrions dans sa tête. Dès 11 ans.

« Je sais qu’il y a peu de chance, pour ne pas dire aucune, qu’elle se sorte d’une situation pareille. La mort, on ne s’en remet pas. La crise cardiaque est irréversible. Simone va rester dans son trou, elle va y pourrir. Dans quelques semaines ou quelques mois, il ne restera plus que les os, et même les os finiront, eux aussi, par disparaître. » (p. 14)

Présentation par l'éditeur

Depuis que Simone n’est plus là, Simon vient chaque jour dans la minuscule loge de Françoise, la concierge de son immeuble, pour boire un petit jus et, surtout, pour entendre l’histoire de Simone. Trois coups de sonnette, le murmure de la radio dans la cuisine, la tête de Simone dans son café au lait. Le cri de Françoise. Simone est morte d’un arrêt du cœur, et Simon, lui, a beaucoup de mal depuis