Aller au contenu principal

La voix du couteau (Le chaos en marche, Tome 1)

Sélection des rédacteurs
Bruno Krebs
Roman
à partir de 14 ans
: 9782070618286
15.00
euros

L'avis de Ricochet

Alors qu’approche la cérémonie qui fera de lui un homme, Todd doit quitter précipitamment Prentissville. Cillian et Ben ses parents adoptifs avaient tout prévu, à sa grande surprise. Dans son sac est soigneusement emballé le journal écrit par sa mère morte du virus du Bruit comme toutes les autres femmes quand il était enfant. Mais ses pères lui disent également d’oublier tout ce qui lui tenait lieu de vérité... Il fuit sous la menace du maire de la ville et de son fils et d’Aaron l’homme de religion, celui qui définit le bien et le mal, animé d’une haine farouche…
Dans sa course, il tombe sur l’improbable : une fille, Viola. L’engin spatial qui l’a amenée est détruit, ses parents sont morts, et surtout elle tente d’échapper à Aaron qui l’a déjà trouvée… Todd l’emmène avec lui… Commence alors une fuite éperdue, la traversée d’autres villes que Todd doit absolument prévenir de l’arrivée de l’armée de Prentissville à sa poursuite. En même temps qu’il progresse sur les chemins, Todd découvre les pouvoirs de Viola, les raisons de sa propre fuite, et un monde proche du désespoir… Mais les deux héros s’entraident, se soutiennent, se comprennent malgré toutes leurs différences. Todd est maladroit souvent, observateur toujours, ouvert à tous les signes et les Bruits et les silences de la vie ; courageux, il court encore et encore pour échapper à la haine, à l’embrigadement, à la mort…
Premier tome de la série Le chaos en marche qui aborde en vrac les relations hommes/femmes, la quête d’un idéal, le rapport au pouvoir et surtout le combat du bien et du mal en l’homme. Le récit est particulièrement vif et alerte, les deux héros sympathiques vivent dans un monde nouveau où les mots ont changé, où la communication a changé, où les lois des sociétés ont changé mais où l’innocence et l’amour restent des valeurs qui sauvent les hommes… Nous attendons la suite avec impatience !

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 02/05/2012 13:54

J’ai lu d’une traite cette première partie d’une épopée, vraiment originale.

Notre narrateur vit dans un univers post-apocalyptique qui fait froid dans le dos. Il est le plus jeune garçon du dernier village de son monde, village victime d’un virus qui aurait décimé toutes les femmes. Et comme si ce n’était pas suffisant, dans le genre malédiction, les pensées de chacun sont audibles, disponibles pour tous, formant un brouhaha permanent, le Bruit.

Bref, un monde sympathique, joyeux et accueillant, où ce jeune homme se sent forcément très à l’aise. D’autant plus qu’il va rapidement s’apercevoir qu’on lui a toujours menti et qu’il a intérêt à fuir très vite. En même temps, même sans être menacé, c’est plutôt une bonne idée d’aller voir ailleurs.

C’est donc sa fuite effrénée -vers quoi ? toute la question est là- pour échapper à une menace obscure, que l’on suit tout au long de ce 1er volume.

Et c’est chouette, vraiment. Déjà, ce jeune homme a une drôle de façon de s’exprimer. Son orthographe est parfois approximative, ses mots sont déformés, voire inventés. Le rythme même de ses phrases est intrigant. Illettrisme ? Témoignage d’une certaine évolution de la langue ? Todd n’appartient clairement pas à notre univers.

Mais le meilleur, ce n’est pas cet adolescent en fuite, mais la galerie de personnages attachants ou carrément flippants que Patrick Ness pose sur son chemin. Du prêcheur fou Aaron, au maire de la ville, en passant par Ben le père adoptif ou la vieille Je-sais-plus-comment.

Il y a un savant dosage de suspense et d’action qui tient en haleine, le tout mâtiné d’un soupçon de violence. Alors certes, comme il s’agit de littérature jeunesse, le pessimisme et l’obscurité ambiants sont très vite nuancés par un message sur l’espoir, et des bons sentiments. Mais cela reste suffisamment discret pour ne pas gâcher ma lecture. Pas de grand discours niais pendant des pages, ça me convient. Et le héros, Todd, est parfois animé par de bien sombres pulsions et s’en mange, en retour, plein les dents.

Il me reste désormais à lire la suite. Mais j’avoue que j’ai peur d’être déçue. Peur que sur la longueur cet univers s’épuise et que l’on retombe dans les topoï du genre.

En tout cas, j’ai hâte de voir où tout cela va nous mener, ce n’est pas tous les jours que des récits de littérature jeunesse réussissent encore à me surprendre.

http://coffeescorner.wordpress.com/

le 06/06/2009 13:30

Je le recommande à tous ce qui aime les livres à suspence et d\'aventure. J\'attends impatiemment les deux autres tomes.