Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

La valise de grand-père

Album
à partir de 4 ans
: 9782842384517
13.00
euros

L'avis de Ricochet

Dans la valise du grand-père de Mariana, il y a deux choses, pantalon et chemises d’une part, et une photo de lui-même en marin de l’autre. De quel voyage est-elle l’objet ? Entre cette valise quasiment vide et le passé trop plein du vieil homme, Mariana va s’immiscer et transformer le monde triste et plat du présent en « tourbillon de mer ».

L’essentiel du récit est porté par l’illustration en mouvement. Elle nous transporte dans un voyage imaginaire. Nous quittons la pièce où ils parlent pour le port et les fonds de l’eau. Le gris-beige de la conversation initiale devient bleu acier, bleu profond, Juan Hernaz joue sur les transparences et le texte de Fatima Fernandez s’enroule avec les images. Les corps traversent les murs, les frontières explosent, les poissons prennent l’air et se transforment en oiseaux dans un mélange des genres et des formes comme dans un dessin d’Escher.

Par ce voyage extraordinaire (est-ce jeu, est-ce rêve ?), Mariana réconcilie son grand-père avec le réel. L’image où ils sont serrés, embrassés est poignante. Le petit bateau qu’elle lui donne témoigne de leur entente, comme un gage des voyages passés et de celui à venir.

Le traitement du vieillissement et de la mort est grave, sombre. Néanmoins, il affirme que la solidarité intergénérationnelle dépasse la maladie et qu’il y a moyen de garder pied dans les situations de naufrage de la mémoire. De la valise ouverte jaillit la lumière. Un beau livre grave pour parler, échanger sur nos peurs et nos réalités.

Présentation par l'éditeur

« Grand-père a beaucoup changé. Sa mémoire est un tourbillon de mer, une vague, un bateau qui erre sur les océans. »
Mariana, malgré son jeune âge, sent que quelques mots gentils peuvent apaiser l'angoisse de l'égarement et transformer le désarroi en sourire.

Feuilleter un extrait