Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

La proie (Oh, freedom)

Roman
à partir de 15 ans
291 pages
: 9782377311804
16.00
euros

L'avis de Ricochet

Anthéa, une jeune fille de 10 ans, vit paisiblement au milieu des siens dans un village au Cameroun. Elle aime modeler la glaise, chanter et raconter des histoires aux enfants. Mais elle ne brille pas à l’école comme l’aurait souhaité sa famille. Ses parents accèdent à la proposition d’un couple d’expatriés de l’emmener en France. Ce, afin de jouir d'une meilleure instruction. Son entourage y voit une occasion de s'en sortir enfin, mais Anthéa ne se réjouit pas de cette perspective. 

La jeune fille débarque au sein d’une famille en difficulté. Le mari est au chômage, sa femme, en dépression. Le projet de départ tombe à l’eau. Anthéa peut accessoirement s’occuper de leur deux enfants ainsi que du ménage. Elle en est devenue une véritable machine domestique.

Anthéa ne se sent pas à sa place au sein de cette famille qui dysfonctionne. Elle est en plus enfermée. Son passeport est confisqué et sa scolarité, arrêtée. C'est la désillusion pour Anthéa ! Plongée dans une solitude totale, elle enchaîne cauchemars et nuits blanches. Elle est tiraillée entre l’envie de repartir dans son village et celle de rester. On se moquera de « la fille qui rentre sans rien du pays où l’argent pousse sur les arbres ». Elle espère un miracle comme seule issue. En attendant, elle encaisse, fait semblant et cultive les souvenirs des siens. Au final, personne ne trouve son compte dans cette cohabitation.

Ce roman, poignant, dénonce l’esclavage moderne dans un pays où les droits de l’homme sont pourtant enracinés. Une prise en otage sournoise qui se déroule en plein jour sans que cela inquiète le voisinage. Un récit bouleversant du sacrifice d’une jeune fille qui concède son bonheur au profit des siens. Enfin une écriture qui accorde une place à la poésie, le temps pour l’héroïne de reprendre son souffle, d’exprimer sa conscience, cette part en elle qui n’a pas été dérobée, au propre comme au figuré.

Présentation par l'éditeur

Anthéa sent si souvent qu’il faudrait fuir. Fuir les manœuvres des garçons que sa beauté fascine. Fuir les humiliations de l’école, la violence des adultes. Et ce couple de Blancs qui veut l’emmener avec elle en France, si loin du Cameroun… sont-ils vraiment la chance qu’imaginent ses parents ? En vérité, Anthéa ne demandait rien d’autre que de vivre chez elle, dans son pays. Travailler la terre