Aller au contenu principal

Rechercher un livre

La petite fille et l'oiseau

Sélection des rédacteurs
Album
: 2278059602
12.90
euros

L'avis de Ricochet

Un après-midi d’été, à l’abri du soleil cachée derrière les persiennes, une petite fille se languit. Silencieuse, elle se déplace à pas feutrés tel un chat. Elle en a de la grâce. Pourtant sur ses yeux, se dessine un voile de tristesse. Sur ses épaules, pèse le poids de la solitude. Au gré du temps, l’ennui a laissé place à un mal-être profond.
Elle attend. Elle attend que passe le temps, que quelque chose se passe traînant sa frêle silhouette dans l’appartement, suivant d’un regard distrait les préparatifs qui précèdent la fête organisée par sa grande sœur. Personne ne lui prête attention. Elle glisse de pièce en pièce dans sa robe blanche, semblable à un fantôme.
Bientôt les invités envahissent le salon. Au milieu de cette animation subite, la petite fille passe inaperçue : personne ne la voit, personne ne s’approche d’elle. Et l’ennui qui revient, qui l’envahit à nouveau… S’éclipser, partir… Mais, où ? Derrière le rideau… Seule, elle s’installe au piano et libère l’oiseau pris au piège dans sa prison de fer. Hors de sa cage, l’oiseau siffle, puis chante son bonheur d’être libre. Une complicité se lie soudainement entre ces deux êtres, ces deux âmes blessées. La petite fille se met à chanter à son tour. Sa voie s’élève dans les airs ; une douce harmonie envahit la maison. La petite fille est sortie de sa torpeur et s’éveille à la vie par ce chant libérateur. Toute l’attention se reporte alors sur elle : l’assistance n’a plus d’yeux que pour cette petite fille à la voix cristalline et légère.
Cette petite fille révélée ainsi à la musique c’est Maria Callas, dont le nom allait bientôt rayonner de la Scala de Milan jusqu’aux plus grandes scènes parisiennes et new-yorkaises.
Histoire émouvante plongeant le lecteur au plein cœur de l’enfance de la célèbre cantatrice, « La petite fille et l’oiseau » - album illustré au fusain pour une ambiance feutrée - a été inspiré à Nathalie Novi par un court-métrage « New York 1935 » consacré à Maria Callas.
«  Nathalie Novi cadre ses images comme des séquences cinématographiques, utilise le gros plan, le travelling… » Extrait de « Dans les coulisses de l’album », à retrouver en fin d’ouvrage (notes, croquis préparatoires…).

Du même auteur

Fête foraine