Aller au contenu principal

Rechercher un livre

La grande fabrique de mots

Album
à partir de 5 ans
Réédition
: 9782874263835
9.90
euros

L'avis de Ricochet

Au milieu de la couverture rouge passion, deux petits personnages. Autour d’eux volettent des lettres éparpillées. Cybelle et Phileas habitent le pays de la grande fabrique de mots, le pays où les lettres s’assemblent en longs rubans pour former le langage. Des belles images sépia et rouges de Valeria Docampo émane une certaine tristesse, comme un malaise, celui qu’éprouve Phileas. Car dans ce pays de la grande fabrique où les mots sont rares, ils coûtent cher. Une loi du marché veut que des mots rares mais peu usités, comme « ventriloque », « philodendrons » ou « lampisterie », ne valent pas grand-chose. Ils peuvent même s’acheter aux soldes ou en promotion, alors que les mots chers comme « je t’aime » sont hors de portée du petit garçon.

C’est une étrange fable que signent Agnès de Lestrade et Valeria Docampo. Les thèmes s’entremêlent. Le pouvoir du langage, celui qu’il donne sur les autres comme le croit Oscar (le rival en amour de Phileas), est associé à la richesse qui monnaye les mots. Les illustrations évoquent Babel, les organisations totalitaires, le vertige des mots et de l’amour, en abîme dans un escalier, en même temps qu’une atmosphère précieuse et un peu surannée… Avec un humour grinçant, Agnès de Lestrade mélange atmosphère raffinée de la société bien-pensante et mots familiers trouvés dans les poubelles (comme « crottes de biques » et « fesses de lapins »). Elle imagine aussi des chasses aux papillons pour prendre les mots au filet... On est saisi par la délicatesse des mots et des émotions, et par les réalités sombres qu’elle recouvre. Au  lecteur de se laisser emporter dans le mouvement et la réflexion…

Présentation par l'éditeur

Il existe un pays où les gens ne parlent presque pas. Dans cet étrange pays, il faut acheter les mots et les avaler pour pouvoir les prononcer. Quand on n’est pas riche, on se contente de mots soldés (philodendron, ventriloque), de mots jetés à la poubelle (crotte de bique) ou de mots trouvés. Dans son filet à papillons, Philéas a attrapé «cerise», «poussière» et «chaise». Sera-ce suffisant pour