Aller au contenu principal

La brigade des chasseurs d'ombre : Wendigo

Roman
à partir de 15 ans
330 pages
: 9782377311972
17.00
euros

L'avis de Ricochet

Dans un parc naturel québecois, les jeunes Hugues et Lazare sont confrontés à des bêtes meurtrières à la force surpuissante et aux étranges allures humaines. Le grand-père d’Hugues, vieil et sage Indien, leur révèle l’existence des wendigos, créatures ancestrales cherchant à faire triompher le mal sur terre. Tandis que Hugues s’initie à la lutte auprès de son aïeul, Lazare se rend compte qu’il s’est fait mordre par un wendigo. Rassemblés autour de quelques braves (et excentriques) Veilleurs, les jeunes gens s’apprêtent à mener un combat aussi bref que violentissime.

La bande-son du livre est résolument hard rock, la BO propose des films un peu plus éclectiques, certains assumant leur touche d’humour et de second degré (Hellboy…). Il y a effectivement des traces d’humour parmi les héros, fine équipe aux physiques variés et aux compétences disparates. Mais je ne dirais pas que le trait est central dans ce premier tome virevoltant de ce qui se veut sans doute une future série (la « brigade »). Purulents de tous leurs pores, les wendigos tiennent leur parfaite promesse horrifique et mortelle, sans un sourire.

L’intrigue tient en quelques lignes, mais le récit est de lecture dense car il alterne sans cesse les points de vue et les lieux, abandonnant parfois longuement des personnages. Du côté des méchants, leurs noms divers ont pu me perdre, d’autant que les wendigos s’associent à une vieille chamane… Peu importe, il suffisait de se laisser porter par une atmosphère : d’un côté les Veilleurs s’organisent, de l’autre les wendigos tentent leur coup ultime pour contrôler la planète. J’ai apprécié que les combats ne soient pas multipliés à l’infini, et que l’auteur intègre complètement les références de la fameuse bande-son pour les rendre implicites dans une œuvre originale.

Présentation par l'éditeur

Dans le parc de la Mauricie, au Québec, Hugues et Lazare, deux gardes forestiers, sont attaqués par des bêtes qui pourraient passer pour un ours et un loup… s’ils ne se tenaient pas sur leurs pattes arrière – sans parler de leur état de décomposition avancée ! Menant l’enquête, ils se tournent vers le vieux Jack, le grand-père de Hugues, descendant du peuple indien metiikamek. Par son entremise,