Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

La ballade de Mulan

Chun-Liang YEH
Album
à partir de 7 ans
: 9782355581021
19.90
euros

L'avis de Ricochet

Agenouillée au bord du fleuve, une jeune Chinoise tisse. Dans cette activité traditionnelle, très féminine, Mulan est parfaitement à sa place entre son père et sa mère. Un jour elle apprend que son père doit répondre à l’appel à la guerre. Sur le champ, elle décide de partir à sa place. Dûment équipée, elle s’engage dans une guerre de douze ans ! A la fin de l’épreuve, elle « retourne entre ses parents vivre le reste de son âge ». Elle reprend ses atours de jolie femme et on imagine volontiers qu’elle va reprendre le tissage.

Le plaisir de cette histoire tient à l’étrangeté du personnage dont on admire l’abnégation, le courage et la modestie et notre étonnement s’accroît à la lecture de la morale sibylline :
« Lapin mâle trébuche, pendant que lapine avance la vue troublée.
Lorsque les deux lapins courent côte à côte, leur identité devient un mystère long à percer… »

Cette confusion des genres dont parle le texte n’est pas une revendication féministe. Mulan tient sa place dans la fratrie, respectueuse des rôles et fonctions. Pourtant, sans que personne ne lui demande rien, elle décide de les changer au profit de son père sans raison apparente.

Cette opacité du personnage est bien représentée par l’illustration de Clémence Pollet à la fois élégante et muette. Peu expressive, elle porte sa volonté jusqu’au bout sans rien dire au milieu de l’armée, minuscule dans les montagnes.

Le texte original de la ballade légendaire est écrit à la fin du récit et ajoute à l’étrangeté de ce livre qui nous parle d’ailleurs.

Présentation par l'éditeur


Mulan, apprenant que son père âgé est appelé à la guerre, endosse des habits militaires et part à sa place. Douze années durant, elle combat en vaillant soldat. Lorsque l'empereur veut récompenser ce valeureux guerrier, il lui demande simplement à rentrer auprès des siens. Enfin de retour, Mulan revêt sa robe de jadis et salue ses compagnons d'armes. Abasourdis, ils ne connaissaient jusque-là qu