Aller au contenu principal

Juste une étincelle

Roman
à partir de 13 ans
: 9782092558539
5.50
euros

L'avis de Ricochet

Titouan n’est pas heureux : élève de collège moyen, transparent aux yeux des autres, ami de la belle Octavie (amoureux en secret), choyé par des parents compréhensifs. Il voudrait du drame, de l’événement, même du sordide afin simplement d’avoir quelque chose à raconter à l’école. Alors, Titouan lâche la bride de son éducation et fait des bêtises sans s’en rendre compte. Il pénètre dans la piscine la nuit avec un ami, devient méchant avec Octavie… et finit par commettre un acte irréparable. Ses parents tombent des nues, et Titouan commence à comprendre que ses difficultés ne viennent pas de son environnement, mais de lui-même.

Ça démarre avec un diagnostic de « banalité aiguë », et le lecteur pense trouver dans le roman une broderie autour du quotidien, de l’art de s’accommoder de son adolescence qui gratouille. Le héros resterait relativement sage, découvrirait l’âme-sœur en Octavie, et pourquoi pas un loisir passionnant qui transcenderait sa vie. Mais insidieusement, la situation bascule, et peu importe l’amour solide que Titouan a reçu dans son enfance : ça « part en vrille », si on peut dire. Le « je » du jeune garçon (treize ans) ne semble pas prendre la mesure et la conséquence de ses écarts, racontés avec un certain laconisme et un recul inquiétant. La démonstration est évidemment très intéressante, avec la question du pourquoi, et celle du jusqu’où. Heureusement, la fin va ici rattraper le héros, surveillé par ses parents et Octavie. Un peu rapide mais largement pertinent.

Présentation par l'éditeur


"J'ai 13 ans et je souffre de banalité aigüe."


Titouan est en cinquième. Ses parents sont tout ce qu'il y a de plus normaux, tout comme le reste de sa vie, d'ailleurs. Tout va bien… sauf qu'il ne se passe jamais rien ! Titouan en est sûr : il souffre de banalité aigüe. Il en a marre qu'on lui marche sur les pieds ! Et puis il aimerait bien que son amie d'enfance, la belle Octavie, le regarde autr