Aller au contenu principal

J’entends pleurer la nuit

Roman
à partir de 11 ans
6.90
euros

L'avis de Ricochet

Réédition - William emménage avec ses parents dans un nouvel appartement, plus neuf, plus agréable. Aux premières joies succède vite la désillusion : la voisine du dessus est très bruyante, jour et nuit. Elle élève seule ses deux enfants, et William entend souvent pleurer la petite fille… Les autres habitants refusent de réagir : la fameuse voisine a apparemment un père très influent qui protège les accès de folie de sa fille. William osera appeler un numéro anonyme pour l’enfance maltraitée et la situation se débloquera bientôt. La famille re-déménage de nouveau.

J’entends pleurer la nuit est une chronique de la vie ordinaire très bien vue. La situation est malheureusement plus fréquente qu’on ne le pense, comme si la sphère privée était du domaine de l’intouchable quoi qu’il s’y passe : on ne se mêle pas des affaires des autres. Il n’est pas anodin que ce soit le narrateur William, un jeune adolescent, qui fasse le premier pas vers une nécessaire dénonciation. Ses parents adultes subissent mais n’osent pas vraiment faire quoi que ce soit, invoquant un « mauvais passage » sans voir les dégâts provoqués sur les deux enfants de leur voisine déséquilibrée. Certes, la mise en relation avec le passé (la mère a fait autrefois une dépression) explique en partie leur passivité. Certes aussi, il ne s’agit pas de maltraitance physique mais psychologique, beaucoup plus subtile et difficile à déceler. D’une écriture langue simple et sans fards, Brigitte Peskine réalise une entreprise salutaire et citoyenne, sur un sujet pas courant en littérature de jeunesse. Une postface sur Allô Enfance Maltraitée complète utilement l’ouvrage, à conseiller sans hésitations.

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 05/17/2007 09:20

un livre superficiel. on lit la perversité de l'auteur dans ce bouquin.
Je ne le recommanderais pour rien au monde à des jeunes.
aucune émotion n'est ressentie due à la froideur de l'auteur dans son écriture.