Aller au contenu principal

Jeanne Lanvin

Les petites histoires de la mode
Roman
à partir de 11 ans
: 9791092763065
16.00
euros

L'avis de Ricochet

Jeanne Lanvin a eu une fille unique, Marguerite, qu'elle a aimée par-dessus tout. Au début du XXème siècle, le narrateur externe suit la petite, elle lassée de ces attentions étouffantes. En effet, Jeanne montre son amour à travers les habits d'enfants qu'elle crée, toujours plus élégants, chatoyants… et vécus comme des carcans. A force de pousser cette mère toujours occupée par son travail dans ses retranchements, Marguerite obtient des débuts d'explication. Elle apprend l'enfance modeste de sa mère, la première poupée à vingt ans qui servait de modèle, les efforts déployés pour ouvrir une boutique au nom de Lanvin, etc. Marguerite comprend, grandit. Et Jeanne continue à inventer, poussée par son talent et son succès…

Le récit a le bon goût de ne pas sembler s'attacher à Jeanne Lanvin elle-même, qui reste un personnage secondaire eu égard à la vie quotidienne de sa petite Marguerite. La fillette est préoccupée de ses amies, de l'école chic à laquelle elle est inscrite, de René qui pourrait lui déclarer son amour enfantin… La mode intervient d'abord de manière subie (les pompons gênent les mouvements, par exemple), et ne prend son intérêt qu'après les confidences tant attendues de la mère. La façon luxueuse et protégée dont Marguerite est élevée s'éclaire alors d'un passé difficile que Jeanne a voulu complètement retourner. Faisant suite à l'histoire, un jeu de questions/réponses et un carnet de croquis vont eux donner les éléments strictement historiques et artistiques concernant la maison Lanvin. Bien vu, bien fait (du sur mesure).

Présentation par l'éditeur


A dix ans, Marguerite a tout pour être heureuse. Mais elle en a assez que sa maman l’habille comme une poupée. Un jour, elle se révolte…
Ce roman fait revivre la figure discrète de Jeanne Lanvin, qui créa de somptueux vêtements par amour pour sa fille. Il est suivi d’une biographie et d’un abécédaire illustré, pour évoquer en images le raffinement du style Lanvin.